Muyinga/Quelques ménages rapatriés à partir de la Tanzanie




Par: Isanganiro , jeudi 15 octobre 2015  à 20 : 01 : 41
a

Trois ménages se sont déjà rapatriés dans la localité de Murama commune Muyinga, a-t-on appris de Jean Bosco Ntunzwenimana, ministre des travaux publics en visite de travail à Murama ce jeudi. Il indiqué qu’une quarantaine de ménages de cette localité reste en Tanzanie.

Des rumeurs ont fait peur à ces Burundais, les chefs des sous-collines dits nyumbakumi doivent alerter les agents de sécurité au vu des personnes venues d’autres provinces et diffusant ces rumeurs ou voulant se réfugier dans le pays de Nyerere, a-t-il exhorté.

La frontière burundo-tanzanienne est très surveillée par des jeunes ayant pour mission de bloquer le passage aux burundais voulant s’exiler d’après des sources sur place. Il y a une semaine, une dizaine de personnes ont été interceptées sur la frontière vers Nzaza en Tanzanie, poursuit nos sources.

Aujourd’hui, aucun motif ne peut justifier l’exil depuis Muyinga, déclarent les administratifs niant l’existence du blocage à la frontière.

Dans l’entre-temps, le HCR a récemment commencé la réinstallation de 50.000 réfugiés burundais dans deux camps Nduta, Mtendeli à Kibondo, que le gouvernement a rouvert pour alléger les souffrances de dizaines de milliers de personnes dans le camp Nyarugusu très surpeuplé.

La Tanzanie et le HCR se sont convenus sur la réouverture de trois camps de réfugiés, Nduta, Mtendeli et Karago dans la District de Kibondo région de Kigoma à l’ouest de ce pays pour accueillir les réfugiés burundais en transit au camps des réfugiés congolais de Nyarugusu en district de Kasulu de cette région. Ces camps de réfugiés avaient été fermés vers fin 2000s au moment où ceux qui y résidaient étaient réinstallés au seul camp des réfugiés restant, Mtabila, qui à son tour sera fermé en 2012.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

227 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi



a

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque



a

La surpopulation scolaire, quelle solution ?



a

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés. ,(popularité : 4 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 3 %)

Conflits fonciers : Réponse claire ou en langue de bois ? ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 3 %)

Les étudiants du département des sciences appliquées à l’ENS regagnent peu à peu les cours ,(popularité : 3 %)