Burundi : Trente civils tués en 2 semaines, la Ligue Iteka s’inquiète


Les dernières semaines de l’ultimatum du Président de la République sur la remise volontaire ou musclée des armes par la population civile ont été les plus meurtrières dans le pays. La ligue des droits de l’homme Iteka et les Nations Unies dénombrent plusieurs morts.



Par: Isanganiro , mardi 27 octobre 2015  à 12 : 57 : 05
a

« Une trentaine de personnes ont été tuées au courant de ces 2 dernières semaines sans parler des agents des forces de l’ordre et de sécurité », s’indigne le président de la Ligue Iteka. Anschaire NIKOYAGIZE indique que les Nations Unies, elles, rapportent plus de 60 personnes assassinées au cours de ces 3 dernières semaines. Depuis fin avril 2015 - date du début de la contestation - poursuit-il, près de 200 civil ont été tués.

Le numéro un de la Ligue Iteka déplore les enlèvements et les arrestations arbitraires dont sont victimes les jeunes des quartiers contestataires du 3ème mandat du Président burundais Pierre Nkurunziza. Le défenseur des droits humains accuse la documentation. Selon Anschaire, ces jeunes seraient arrêtés ou enlevés par les agents des services secrets. Il s’inquiète que la Ligue Iteka et bien d’autres organisations de défense des droits de l’homme n’ont plus accès ni aux personnes détenues, ni aux centres de détentions.

Le président de la Ligue Iteka plaide pour la fin de la violence au Burundi. Il tient à souligner que ni les membres des partis politiques, ni les contestataires du mandat, ni les agents de la police, personne ne doit être tué. Anschaire NIKOYAGIZE qualifie d’alarmante la perte de près de 200 vies humaines sans que le pays n’ait été attaqué par un autre. « Le gouvernement doit arrêter le massacre de la population », conclut-il.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

245 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive



a

Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif



a

"Le retrait du Burundi de la CPI n’est pas synonyme de l’impunité", dit la Ministre de la Justice



a

Des engins de pêche prohibée saisis à Rumonge



a

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs



a

Une forte présence des militaires et policiers à Ngagara



a

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées



a

Les négociations de Bujumbura suspendues ce samedi



a

Deux civils tués et un policier grièvement blessé au centre-ville Bujumbura.



a

La justice burundaise active le dossier du massacre des Banyamulenge





Les plus populaires
Les confessions religieuses ou obstacle au planning familial ,(popularité : 3 %)

Burundi : Trente civils tués en 2 semaines, la Ligue Iteka s’inquiète,(popularité : 2 %)

A qui profite la limitation des libertés publiques ?,(popularité : 2 %)

"Le retrait du Burundi de la CPI n’est pas synonyme de l’impunité", dit la Ministre de la Justice ,(popularité : 2 %)

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées ,(popularité : 2 %)

Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive,(popularité : 2 %)

La privatisation des entreprises de l’Etat ou "vache laitière", dit le Parcem ,(popularité : 2 %)

Simples faussaires ou administration parallèle ? ,(popularité : 2 %)

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs ,(popularité : 2 %)

Un nourrisson éloigné de sa maman à base de conflits,(popularité : 2 %)