Des amarantes amères : un problème de semences




Par: Isanganiro , lundi 28 décembre 2015  à 12 : 07 : 10
a

Le goût amer des amarantes s’explique par leur croisement avec des légumes indigènes appelées « isogo » en kirundi comme l’indique Célestin Niyongere chef des programmes productions végétales à l’ISABU. Il conseille aux cultivateurs de ces légumes d’acheter des semences sélectionnées de cet institut en vue de limiter ce goût.

Cultures très rentables de nature, les amarantes sont commercialisées dans différents marchés municipaux. Certains acheteurs se plaignent d’un goût amer de ces légumes, ils ont du mal à distinguer les douces des amères. Des grognes des clients qui indiquent qu’ils ont déjà versé de la nourriture dans laquelle ils avaient mis ces légumes.

Selon Célestin Niyongere, spécialiste dans les maladies des plantes et chef des programmes : productions végétales à l’Institut des Sciences Agronomiques du Burundi (ISABU), les amarantes sont hautement allogames (croisement très facile) et leur production se fait pendant vingt-huit jours. L’isogo et les amarantes sont des légumes de même famille, d’où il faut les isoler sur une distance d’au moins un kilomètre ou faire un isolement dans le temps.

Un goût dû aux pesticides ?

Pas de relation entre les deux, répond Niyongere. Le goût amer est génétique alors que ces produits phytosanitaires agissent physiquement. Ces derniers protègent contre les maladies qui font par la suite des mutations.

Ce chef des productions végétales à l’ISABU indique que des cultivateurs de ces légumes des provinces Bubanza et Cibitoke (l’Ouest du Burundi), sont déjà formés sur l’utilisation des semences sélectionnées d’où ce spécialiste les conseille à s’approcher de cet institut agronomique pour éradiquer ce problème des semences.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

289 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 13 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 5 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 5 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 5 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 5 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 5 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 4 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 4 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 4 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 4 %)