Rappel sur les attentats de janvier 2015 en France dont celui de Charlie Hebdo


C’est une série d’attaques terroristes islamistes qui se sont déroulées entre les 7 et 9 janvier 2015 en France, qui visaient la rédaction du journal Charlie Hebdo, des policiers et des clients d’une supérette cacher. Au cours de ces attaques dix-sept personnes ont été tuées et trois assassins ont été abattus par les forces de l’ordre.



Par: Isanganiro , jeudi 7 janvier 2016  à 07 : 58 : 32
a

Ces attentats débutent le 7 janvier 2015 par l’attaque contre Charlie Hebdo, une tuerie au siège du journal satirique à Paris. Il publiait de nombreuses caricatures des hommes politiques, des religieux chrétiens, juifs, des musulmans, et d’autres événements suivant l’actualité locale et internationale. Parmi ces caricatures, la publication de celle du prophète de l’Islam a produit de vives réactions dans le monde musulman, en particulier certains djihadistes qui ont menacé d’attaquer les auteurs et éditeurs de telles caricatures.

Lors de cette attaque, deux djihadistes français, les frères Kouachi, assassinent onze personnes dont huit collaborateurs du journal et en blessent onze autres avant de tuer durant leur fuite, un policier déjà blessé et à terre.

Le 8 janvier, Amedy Coulibaly, un Français proche des frères Kouachi, tue par balle une policière municipale et blesse grièvement une autre personne à Montrouge. Le lendemain, il prend en otage les clients d’une supérette cashère à la porte de Vincennes à Paris et en tue quatre. Il est finalement abattu lors d’un assaut du RAID et de la BRI. Il affirmait agir au nom de l’organisation djihadiste de l’État islamique et que ces actions ont été coordonnées avec celles des frères Kouachi.

Le 9 janvier au matin, les frères Chérif et Saïd Kouachi sortent d’un bois dans la matinée et braquent un automobiliste à Nanteuil-le-Haudouin puis prennent la direction de Paris. Cependant ils tombent bientôt sur une patrouille de gendarmerie à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) et échangent des tirs. Les terroristes prennent la fuite et se retranchent dans une imprimerie où ils prennent en otage le gérant de l’entreprise mais finissent par le relâcher. Ce dernier explique que les deux forcenés possèdent des kalachnikovs, un lance-roquettes et des cocktails Molotov.

Les forces de gendarmerie et de police se déploient autour de l’entreprise et dans tout le village, tandis que plusieurs hélicoptères survolent la zone. L’affaire est prise en charge par cette dernière et notamment par le GIGN. Il communiquera cependant par SMS avec l’employé caché dans l’imprimerie qui fournira notamment des indications sur l’intérieur de l’imprimerie, la position des frères Kouachi ainsi que la teneur de leurs discussions. Les frères Kouachi sont finalement abattus dans cette imprimerie où ils s’étaient retranchés. L’attentat a été alors revendiqué par Al-Qaïda dans la péninsule Arabique, basé au Yémen.

Manifestations comme réactions nationales

Dès le jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, des rassemblements spontanés sont organisés dans plusieurs villes de France, notamment à Paris sur la place de la République42, Rennes, Bordeaux, Lyon, Nantes ou Lille. Pour la première fois depuis le 11 septembre 2001, un jour de deuil national est décrété le 8 janvier et les drapeaux sont en berne sur les bâtiments publics pour trois jours.

Une grande marche républicaine se tient dimanche 11 janvier à Paris entre la place de la République et la place de la Nation. Il s’agit d’un rassemblement historique. De très nombreuses personnalités politiques françaises sont présentes. Le chef de l’État François Hollande et son prédécesseur Nicolas Sarkozy. L’ancien président Jacques Chirac ne participe pas à l’hommage en raison de son état de santé. Valéry Giscard d’Estaing est également absent. Presque quatre millions de personnes ont participé à ces manifestations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

172 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Zimbabwe de Mugabe : De la libération à la misère ».



a

Le 25 mai, pour la mémoire des grands leaders africains



a

« Le terrorisme ne pourra pas plier l’Egypte, il le renforce », dit Amb. A.B Arafa Radwan



a

USA : Donald Trump, élu 45ème Président des USA



a

Les journalistes somaliens lancent leur syndicat après des années sous le joug des insurges



a

Les insurgés somaliens ne contrôlent que moins de 20% du territoire du pays



a

L’avenir de l’Afrique est aux mains des Africains, dit Desalegn



a

Football : le Suisse Gianni Infantino élu président de la Fifa



a

Foot mercato : L’actualité des transferts



a

Un cinquième Ballon d’Or pour Lionel Messi





Les plus populaires
« Zimbabwe de Mugabe : De la libération à la misère ».,(popularité : 4 %)

« Le terrorisme ne pourra pas plier l’Egypte, il le renforce », dit Amb. A.B Arafa Radwan,(popularité : 4 %)

Les cris des femmes sur la table de la Francophonie ,(popularité : 2 %)

La RDC doit protéger le docteur Denis Mukwege après une violente attaque,(popularité : 2 %)

La mission de l’AMISOM prolongée ,(popularité : 2 %)

La veuve de Patrice Emery Lumumba décédée à Kinshasa,(popularité : 2 %)

Commémoration du génocide rwandais : Didier Reynders n’est pas invité,(popularité : 2 %)

L’« Africapitalisme » gagne du terrain parmi les dirigeants africains,(popularité : 2 %)

Il sera présent au 14ème sommet de la francophonie en octobre à Kinshasa,(popularité : 2 %)

Des combats meurtriers font 21 victimes à Beni, nord-Est du Congo ,(popularité : 2 %)