Bujumbura, des enfants qui ne vont plus à l’école


Des enfants des familles qui ont quitté les quartiers dits contestataires pour des raisons de sécurité ne vont pas à l’école. Un père de famille rencontré dans une famille d’accueil s’indigne que ses deux enfants ne vont plus à l’école.



Par: Isanganiro , vendredi 8 janvier 2016  à 21 : 43 : 00
a

Sous anonymat, un papa raconte son chagrin de voir ses enfants rester à la maison alors d’autres enfants de leur âge, vivants dans des quartiers encore paisibles, vont à l’école. Ce papa s’inquiète qu’il ne sait pas quand ses enfants vont retourner à l’école parce que, dit-il, il ne compte pas retourner vivre dans son quartier (Mutakura).

« Il me faut trouver une maison à louer dans un quartier paisible pour pouvoir aller demander des places pour mes deux enfants dans une école la plus proche », nous a-t-il confié. Cet homme indique qu’il est confronté aussi au problème de manque d’argent pour payer les 3 mois d’avance exigés pour louer une maison pour une famille qui peine à joindre les 2 bouts du mois.

Il y a 3 semaines, cette famille quittait Mutakura, à cause de l’insécurité, pour aller demander l’hébergement dans un des quartiers résidentiels jusqu’ici restés loin des représailles entre les belligérants dans la crise qui secoue le pays. Ses enfants étudiaient à Cibitoke, un autre quartier « contestataire ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

282 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent



a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante



a

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale



a

Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats



a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo





Les plus populaires
Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent,(popularité : 18 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 6 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 6 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 5 %)

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale,(popularité : 5 %)

L’Union Européenne déçue par la nouvelle loi sur la presse ,(popularité : 5 %)

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo ,(popularité : 5 %)

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption,(popularité : 5 %)

Bujumbura : La liste des Bashingantahe s’allonge,(popularité : 4 %)

La COSYBU plaide pour une harmonisation salariale juste ,(popularité : 4 %)