Magistrats derrière Nkurunziza pour amendement de la Constitution : indépendance exige




Par: Désiré Nimubona , vendredi 2 mars 2012  à 13 : 24 : 13
a

Le Syndicat des Magistrats du Burundi, SYMABU, appelle le Président de la république Pierre Nkurunziza de procéder à l’amendement de certaines dispositions de la Constitution de la République pour garantir l’indépendance de la magistrature.

Dans une lettre adressée au Président ce 29 février 2012, le SYMABU souligne : « (…) comme le principe de la séparation des pouvoirs incarné par la Constitution de 2005 l’édicte, le magistrat doit être visiblement indépendant vis-à-vis du politique en général et de l’Exécutif et du Législatif en particulier (…) ».

En, plus, elle estime que seule une justice indépendante est capable de créer des conditions favorables au développement économiques et social.

Selon cette lettre, le syndicat des magistrats du Burundi trouve que la Constitution et les lois en vigueur ontt reculé d’une cinquantaine d’années, en ce qui concerne l’indépendance de la magistrature. Alors qu’en 1962, l’arrêté royal soulignait que le Conseil Supérieur de la Magistrature était composé exclusivement de magistrats élu par leurs pairs à l’exception du ministre de la justice, ce qui n’est plus possible aujourd’hui où seules des nominations sont possibles.

Pour arriver à cette indépendance pourtant difficile, le syndicat des magistrats se range derrière le Président Nkurunziza, quant à l’amendement de la constitution de la république du Burundi, comme il l’avait lui-même souligné, dans son discours à la Nation, à la fin de 2011.

« Faisant suite à votre message à la Nation, du 31 décembre 2011, le Syndicat des Magistrats du Burundi a l’insigne honneur de porter à votre excellence qu’il salue la volonté de votre Gouvernement de faire des Amendements de la Constitution au cours de l’année 2012 », lit-on dans cette lettre du 29 février 2012, au Président de la République, Pierre Nkurunziza.

Ce qui reste à savoir ce sont les raisons profondes de cet amendement. Est-ce l’indépendance de la magistrature ou l’intention de briguer un autre mandant ou tout simplement l’adapter aux réalités du moment ?




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

2203 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice



a

CVR : Enterrement digne des victimes projeté à l’horizon 2018



a

Burundi : Une des trois radios encore fermées pourrait incessamment reprendre ses programmes



a

Muyinga : Du respect pour les morts !



a

Bubanza : Des lamentations au sein des familles des prisonniers de la maison d’arrêt



a

Bubanza : Vingt ans de prison ferme pour Nyabenda Boniface qui a tué son frère



a

UBJ : « Ce ne sont que les journalistes qui peuvent décider de la dissoudre »



a

Le Burundi menace de se retirer du Statut de Rome



a

MUYINGA : Réfection du cachot de la police judiciaire



a

Burundi : A quand la réouverture des medias encore en décombre ? S’interrogent les parlementaires.





Les plus populaires
"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice,(popularité : 3 %)

Me Baribonekeza Jean Baptiste à la tête de la CNIDH ,(popularité : 2 %)

L’arrestation de Rugurika : une volonté de cacher la vérité,(popularité : 2 %)

Prosper Mérimé acquitté dans le dossier Manirunva,(popularité : 2 %)

Fidèle Nsengumukiza arrêté à la RPA ,(popularité : 2 %)

Viol contre les élèves à Bubanza, un crime impuni,(popularité : 2 %)

Le BNUB regrette de la peine prononcée contre lui,(popularité : 2 %)

Journée mondiale de la liberté de la presse : Une célébration sur fond d’inquiétude ,(popularité : 2 %)

Les déplacés de guerre ne sont pas disposés au retour sur leurs collines d’origines,(popularité : 2 %)

Procès Ernest Manirumva : Un jugement de la honte ,(popularité : 2 %)