Revue de presse du 03 février 2012




Par: Richard Nzokizwanimana , samedi 3 mars 2012  à 11 : 43 : 17
a

La justice est entrain de redorer son image doucement, écrit le journal Iwacu.

S’exprimant sur la récente nomination des cadres de différents parquets et juridictions, le président du barreau de Bujumbura est confiant sur la nouvelle équipe même si le pouvoir judiciaire dépend encore trop de l’exécutif.

Maitre Isidore Rufyikiri trouve que ce sont des gens qui ont une bonne réputation et qui sont pour la plupart encore jeunes. Pour ceux qui pensent qu’ils n’ont pas d’expérience, ce bâtonnier dit que l’expérience s’acquiert avec le temps.

Enlèvement ou arrestation de François Nzambimana, s’interroge l’agence net press.

Net press écrit que Nzambimana, observateur juridique de l’APRODH en commune Gihanga de la province Bubanza, a été enlevé mercredi par le véhicule appartenant à un certain Kazungu, agent du Service national de renseignements. Le président de l’APRODH déplore que les agents de ce service s’arrogent le droit d’enlever les gens alors qu’ils pouvaient se procurer d’un mandat d’arrêt ou d’amener auprès de l’autorité compétente.

L’APRODH qui suit de près ce dossier selon toujours net press, révèle qu’en réalité, François Nzambimana est malmené pour des raisons politiques. Il est accusé d’être membre du Fnl d’Agathon Rwasa.

La corruption serait entrain de régresser au sein de la police de roulage, d’après l’agence burundaise de presse.

L’ABP reprend les explications données par le ministre de la sécurité publique à l’assemblée nationale. Cela est dû au fait que les agents de la police ne perçoivent plus eux-mêmes les amendes sur les contraventions commises par les chauffeurs des véhicules.

Il a ajouté que pour éviter des négociations entre les conducteurs fautifs et les policiers de roulage, ces derniers sont porteurs de badges d’identification en vue d’encourager la dénonciation contre les policiers corrompus.

Des Burundais refoulés de la Tanzanie continuent à arriver en commune Muyinga, écrit aussi l’Agence Burundaise de Presse.

L’ABP écrit que plus de 70 personnes ont été recensées dans cette semaine qui touche à sa fin. La plupart de ces refoulés sont des femmes qui s’étaient mariées avec des ressortissants tanzaniens et sont chassées dans des conditions inhumaines et leurs conjoints restent en Tanzanie.

L’administrateur de la commune Muyinga dit qu’il est prévu une rencontre la semaine qui vient avec les autorités de Ngara en Tanzanie pour négocier un refoulement qui se fait au moins dans la dignité.

Le roi Ntare V sera bientôt inhumé avec dignité, écrit le journal le Renouveau du Burundi.

Cela a été annoncé lors d’une audience que l’ombudsman burundais a accordée jeudi aux représentants de l’association fraternité Ishaka et l’ambassadeur de la Belgique au Burundi. L’ambassadeur belge Jozef Smetz a promis que son pays contribuera dans cette opération.

Cette contribution consistera à envoyer des experts et ces activités pourront commencer à la fin de ce mois de mars. Le renouveau écrit aussi que le gouvernement burundais envisage en même temps de rapatrier la dépouille du roi Mwambutsa IV, père de Ntare V. Le 29 avril prochain sera célébré le 40ème anniversaire de l’assassinat de ce dernier monarque burundais.

On sait l’heure, le nom du missile et le lieu du tir, écrit le journal Iwacu.

Dans une interview accordée au journal Iwacu, Collette Braeckman, journaliste et spécialiste de la sous-région, analysant le rapport du juge Marc Trévidic, dit que le tir qui a abattu l’avion qui transportait les deux présidents burundais et rwandais en 1994 est parti du le camp Kanombe, camp de la garde présidentielle, la question qui reste c’est de savoir qui a tiré et qui avait accès dans ce camp.

Cela est contraire au rapport de Bruguière qui n’était arrivé sur terrain et qui s’est contenté des témoignages recueillis en France, précise Collette Braeckman.

Les femmes n’ont rien à envier aux hommes en football, écrit le bimensuel La dignité de la femme.

Grâce au football en effet, les filles de Makamba ont fait la preuve qu’elles sont aussi fortes et capables que les hommes dans ce sport. La présidente de l’association Abana Makamba, trouve que le football épanouit les filles et leurs familles : en les regardant jouer, l’image qu’ils ont d’elles change et devient plus valorisante.

De plus en plus de femmes du chef-lieu de la province Rutana prennent conscience que tous leurs maux ne sont pas imputables aux hommes.

Ici La dignité de la femme parle plutôt de femmes ennemies de femmes. Certaines d’entres elles en effet en sont responsables en faisant tout pour séduire les époux de leurs voisines.

Une femme de Rutana indique que près de 40% des rapports sexuels extra conjugaux ont lieu à l’initiative de femmes qui veulent parfois se venger d’une voisine avec qui elles sont en conflit. La recherche de l’argent et la consommation excessive d’alcool pousse certaines femmes à agir sans aucun scrupule.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

658 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article