Burundi : Ils restent inculpés mais libres.


Tous les élèves qui étaient accusés de gribouillage de la photo du président de la republique sont desormais libres. Les quatre derniers de cette liste sont de Cankuzo et viennent d’être libérés ce mercredi. Tous ces élèves ont bénéficié d’une liberation provisoire.



Par: Isanganiro , mercredi 10 août 2016  à 17 : 44 : 45
a

Les quatre élèves dont trois garçons et une fille, tous originaires de Cankuzo mais détenus dans la prison de Ruyigi, accusés d’avoir gribouillé la photo du président Nkurunziza dans des manuels scolaires, ont beneficié ce mercredi d’une libération provisoire de la part de la cour d’appel de Gitega.

Au niveau de la FENADEB, une fédération à leur défense, c’est la satisfaction totale. Jacques Nshimirimana dit qu’aucun élève/écolier ne reste sous les verrous, accusé d’avoir falsifié la photo du président de la république.

Depuis l’apparition des premières traces de gribouillage de la photo du président de la république du Burundi Pierre Nkurunziza, certains élèves ont été mis aux arrêts dans différentes prisons, tandis que d’autres ont été refoulés de la famille scolaire et regagnés le regard du tableau noir par la décision issu des réunions des parents avec les directeurs des écoles ou par des directeurs provinciaux d’enseignements.

Dans tous les coins du monde, des voix pour la libération de ces élèves faisaient bouger le tympan de l’oreille de la justice burundaise. On se rappelle des déclarations de certaines organisation nationales et internationales, les cris des ex-présidents de la république et le même son retentissait de la croche de l’Assemblée Nationale burundaise. Enfin,la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme CNID avait précisé que certaines décisions envers ces élèves étaient prises dans la fraicheur des faits sans tenir compte de la gravite de la faute.

Quant aux deux autres de Muramvya encore écroués, le président de la Fédération Nationale des Associations Engagées dans le Domaine de l’Enfance au Burundi FENADEB déplore qu’ils n’ont plus comme chef d’accusation de gribouillage plutôt de participation au mouvement insurrectionnel. Toutefois, la FENADEB promet de plaider encore pour leur libération.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

295 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »



a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza





Les plus populaires
CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 26 %)

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »,(popularité : 25 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 21 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 18 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 17 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 17 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 17 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 16 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 16 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 16 %)