Burundi : A quand la réouverture des medias encore en décombre ? S’interrogent les parlementaires.




Par: Isanganiro , vendredi 12 août 2016  à 18 : 19 : 32
a

La question de la réouverture des medias fermés au Burundi, il y a plus d’une année a été parmi celles qui ont été posées ce jeudi au deuxième vice président de la république par les parlementaires. Au niveau du gouvernement burundais, pas de réponse claire, a dit Joseph Butore lors de la présentation semestrielle des réalisations des douze ministres de son ressort.

Selon Agathon Rwasa, le 1er vice président de l’Assemblée Nationale, après le tourment de mai 2015, certains des medias ont été attaqués. Aujourd’hui, trois d’entre eux ont été reouverts dont la Radio Isanganiro et la Radio Televison Rema fm auxquelles s’ajoute la Humuriza fm de Gitega.

Rwasa ne voit pas où se situe un bloc pour que les autres ne bénéficient pas de même sort. Hon. Eduard Nduwimana qui était ministre de l’intérieur à l’époque du calvaire et actuel deuxième vice président de la chambre basse épouse l’idée d’Agathon. Il trouve qu’un médium est un instrument indispensable pour le développement du pays comme il peut en constituer d’obstacle.

Selon le deuxième vice président de la république Joseph Butore, il faut plutôt adresser la question au conseil de communication qui se charge des médias et qui ne découle d’aucun ministère. Mais il souligne que la réouverture de ces radios en décombres sera conditionnée par le respect de la loi régissant la presse.

Devant ces élus du peuple, Joseph Butore rappelle que certains de ces médias ont à répondre de l’incident du 14 Mai 2015. Ces médias encore en suspension sont la RSF Bonesha fm, la RPA, Radio TV Renaissance.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

544 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un



a

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes



a

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines



a

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous



a

Le TGI Muha prononce les peines contre les présumés coupables de la tentative d’assassinat du Lieutenant-Général Prime Niyongabo



a

"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice



a

CVR : Enterrement digne des victimes projeté à l’horizon 2018



a

Burundi : Une des trois radios encore fermées pourrait incessamment reprendre ses programmes



a

Muyinga : Du respect pour les morts !





Les plus populaires
L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 6 %)

Juvent Nduwimana devant la chambre de Conseil,(popularité : 3 %)

La Fédération Africaine des Journalistes en visite de solidarité à Hassani Ruvakuki,(popularité : 2 %)

Human Right Watch dénonce la Vague d’arrestations arbitraires et de torture au Burundi. ,(popularité : 2 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 2 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 2 %)

Comparution en audience publique des présumés putschistes,(popularité : 2 %)

Le parquet général de la république demande l’extradition de 4 journalistes burundais,(popularité : 1 %)

Bamvuginyumvira : Libération sous caution , il n‘est pas sorti de prison ,(popularité : 1 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 1 %)