UBJ : « Ce ne sont que les journalistes qui peuvent décider de la dissoudre »


Le syndicat des journalistes UBJ fait partie des 5 organisations suspendues temporairement par le Ministère de l’intérieur. L’ordonnance ministérielle est sortie ce lundi 24 Octobre 2016



Par: Isanganiro , mardi 25 octobre 2016  à 16 : 53 : 13
a

Cette ordonnance ministérielle accuse 5 organisations dont l’Union Burundaise des Journalistes de ne pas être en conformité avec leurs objectifs consignés dans leurs statuts, mais plutôt d’être de nature à perturber l’ordre et la sureté de l’Etat. Pour l’assistant du ministre de l’intérieur et porte parole du même Ministère les journalistes ne devraient pas accepter que leur syndicat soit dirigé par les gens qui ne travaillent plus conformément à la loi.

« Lorsque les responsables de l’UBJ devant la loi ne travaillent pas comme il le faut, ont violé la loi, qu’est-ce qui manque pour que les membres de l’association se mettent ensemble et demande l’autorisation de faire une assemblée générale conformément a la loi en vue de mettre en place les nouveaux organes ? », a déclaré Térence Ntahiraja au cours d’une conférence de presse de ce lundi.

Pour le président de l’UBJ, ce syndicat existe bel et bien parce qu’il y a des journalistes, et ce ne sont le seuls qui peuvent décider de le dissoudre. Alexandre Niyungeko réfute aussi les accusations de perturbation de la sécurité. « Déstabiliser le pays, c’est quoi, d’abord quels sont ces responsables de l’UBJ qui seraient derrière ça ? », s’est-il interrogé. Pour lui « c’est trop ». Il précise n’avoir jamais entendu un membre de ce syndicat qui serait impliqué dans la déstabilisation du pays.

Les 4 autres organisations suspendues sont la Cosome, coalition de la société civile pour le monitoring électorale, la CB-CPI, coalition Burundaise pour la CPI ,la Ligue Burundaise des droits de l’homme « Iteka », ainsi que Sos torture /Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

273 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice



a

CVR : Enterrement digne des victimes projeté à l’horizon 2018



a

Burundi : Une des trois radios encore fermées pourrait incessamment reprendre ses programmes



a

Muyinga : Du respect pour les morts !



a

Bubanza : Des lamentations au sein des familles des prisonniers de la maison d’arrêt



a

Bubanza : Vingt ans de prison ferme pour Nyabenda Boniface qui a tué son frère



a

Le Burundi menace de se retirer du Statut de Rome



a

MUYINGA : Réfection du cachot de la police judiciaire



a

Burundi : A quand la réouverture des medias encore en décombre ? S’interrogent les parlementaires.



a

Burundi : Ils restent inculpés mais libres.





Les plus populaires
"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice,(popularité : 3 %)

Comparution en audience publique des présumés putschistes,(popularité : 2 %)

Burundi : Le journaliste Blaise Célestin NDIHOKUBWAYO toujours dans les mains de la documentation,(popularité : 2 %)

Me Baribonekeza Jean Baptiste à la tête de la CNIDH ,(popularité : 1 %)

Un journaliste de la RPA a perdu le procès ,(popularité : 1 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 1 %)

Non à un réseau pour la promotion les droits de l’homme ,(popularité : 1 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 1 %)

Ces deux crimes sont toujours impunis ,(popularité : 1 %)

MWARO : Mauvaises conditions carcérales synonymes de violation des droits de l’homme.,(popularité : 1 %)