Cibitoke : La recrudescence des violations basées sur le genre.


La province de l’ouest du pays, Cibitoke se positionne petit à petit en maux commis à l’endroit des filles et femmes. En un seul mois d’octobre, le centre de développement familial et communautaire CDFC dans cette province enregistre plus de 100 cas de violations basées sur le genre et un enfant de moins de 5ans est sur une liste des 12 sexuellement violées.



Par: Isanganiro , vendredi 11 novembre 2016  à 17 : 02 : 22
a

Dans un rapport du CDFC, en un seul mois d’octobre, la province de Cibitoke compte 133 cas de violations basées sur le genre dont 12 violations sexuelles. Ces violations ont été catégorisées en quatre types par le CDFC : les violations sexuelles, physiques, psychologiques et économiques.

Sur les six communes que comptent ladite province, Rugombo vient en premier lieu avec 39 cas, 3 étant des violations sexuelles, Mugina regorge 25 cas dont 3 violations sexuelles, Buganda enregistre 23 cas avec 2 filles violées, Mabayi encaisse 19 cas dont 2 victimes de violences sexuelles, la commune Murwi emmagasine 15 victimes avec une sexuellement violée et Bukinanyana vient en dernière position avec 12 cas dont une fille violée.

De ce rapport mensuel, le centre de développement familial et communautaire souligne qu’une série de causes serait parmi les facteurs déclencheurs de cette recrudescence des violations basées sur le genre dans cette province. Il s’agit entre autres d’une forte augmentation de la population. Cibitoke est aussi une province frontalière du Rwanda et de la RDC, ce qui permet des mouvements migratoires intenses et un homme peut entretenir deux ou plusieurs femmes. C’est également une province située dans la région de l’Imbo, ce qui favorise selon le CDFC, des pratiques de concubinage et des unions libres.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

179 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables



a

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi



a

Muyinga : Des propriétaires des termitières grignotent sur les moustiquaires



a

Rumonge : Célébration de la journée internationale de l’enseignant



a

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance



a

IGIRUBUNTU Thierry de retour chez lui



a

Deux syndicats du personnel soignant menacent d’entamer un mouvement de grève dans 14jours



a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 11 %)

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables,(popularité : 5 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 4 %)

Le fonds mondial exige à SEP-CNLS le recouvrement de 283063 Dollars US,(popularité : 3 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

La remise en cause de la partialité de la CNTB,(popularité : 2 %)

Presser pour que le projet, IPR voit le jour : un devoir pour la société civile ,(popularité : 2 %)

Les négociations à Bururi, la grève à travers le pays,(popularité : 2 %)