Cibitoke : La recrudescence des violations basées sur le genre.


La province de l’ouest du pays, Cibitoke se positionne petit à petit en maux commis à l’endroit des filles et femmes. En un seul mois d’octobre, le centre de développement familial et communautaire CDFC dans cette province enregistre plus de 100 cas de violations basées sur le genre et un enfant de moins de 5ans est sur une liste des 12 sexuellement violées.



Par: Isanganiro , vendredi 11 novembre 2016  à 17 : 02 : 22
a

Dans un rapport du CDFC, en un seul mois d’octobre, la province de Cibitoke compte 133 cas de violations basées sur le genre dont 12 violations sexuelles. Ces violations ont été catégorisées en quatre types par le CDFC : les violations sexuelles, physiques, psychologiques et économiques.

Sur les six communes que comptent ladite province, Rugombo vient en premier lieu avec 39 cas, 3 étant des violations sexuelles, Mugina regorge 25 cas dont 3 violations sexuelles, Buganda enregistre 23 cas avec 2 filles violées, Mabayi encaisse 19 cas dont 2 victimes de violences sexuelles, la commune Murwi emmagasine 15 victimes avec une sexuellement violée et Bukinanyana vient en dernière position avec 12 cas dont une fille violée.

De ce rapport mensuel, le centre de développement familial et communautaire souligne qu’une série de causes serait parmi les facteurs déclencheurs de cette recrudescence des violations basées sur le genre dans cette province. Il s’agit entre autres d’une forte augmentation de la population. Cibitoke est aussi une province frontalière du Rwanda et de la RDC, ce qui permet des mouvements migratoires intenses et un homme peut entretenir deux ou plusieurs femmes. C’est également une province située dans la région de l’Imbo, ce qui favorise selon le CDFC, des pratiques de concubinage et des unions libres.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

179 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les sachets « nous tuent à petit feu »



a

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie



a

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard



a

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »



a

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi



a

8ème heure à l’école , une heure de trop



a

Rumonge : Un conflit foncier entre l’église anglicane et un particulier



a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs





Les plus populaires
Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 8 %)

Les sachets « nous tuent à petit feu »,(popularité : 5 %)

Radio Isanganiro : Le coût des dégâts se chiffre à des centaines de millions ,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi,(popularité : 4 %)

Des burundais expulsés de la Tanzanie,(popularité : 3 %)

Vers une loi moins dure contre plus de confessions religieuses,(popularité : 3 %)

La COSYBU plaide pour une harmonisation salariale juste ,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 3 %)