Bubanza : Vingt ans de prison ferme pour Nyabenda Boniface qui a tué son frère


Dans le cadre des procès qualifiés de flagrance, le tribunal de grande instance de Bubanza a siégé dans l’après-midi de ce lundi pour l ́affaire d un certain Nyabenda Boniface, un homme de Ntamba en commune Musigati qui a tué ce samedi, à coups de machette, son frère sur fond de conflit foncier. Et l’ inculpe a été condamné à une servitude pénale de vingt ans de prison ferme.



Par: Isanganiro , mardi 15 novembre 2016  à 16 : 56 : 13
a

Au cours de la séances qui a duré presque une demi heure, l’auteur du crime, apparemment dans un esprit de regret, a reconnu les faits et ne cessait de demander pardon."Oui, je l ̔ai tué à trois coups de machette. J ̔étais très furieux et en plus ,j ̔avais pris un verre de trop. On s ̔était chamaillé durant toute la journée suite à un conflit foncier qui date de longtemps, mais après tout ça, je demande pardonˮ, a déclaré Nyabenda Boniface lors de cette audience publique.

L ̔auteur du crime a également expliqué que le jour du drame, les deux parties en conflit s ̔étaient même confiés au chef de colline qui n ̔a pas pu les réconcilier, la victime a refusé selon son assassin. "Le procès concernant notre conflit se trouve au tribunal de résidence de Ntamba en commune Musigati. Ce tribunal nous avait même interdit à faire quoi que ce soit sur cette propriété en discorde avant la fin du procès", renchérit Nyabenda Boniface.

Alors que sa défense plaidait pour l’allégement de la sanction, Et que l’auteur du crime a avoué lui-même les faits, la sanction lui infligée a été de vingt ans de prison ferme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

381 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice



a

CVR : Enterrement digne des victimes projeté à l’horizon 2018



a

Burundi : Une des trois radios encore fermées pourrait incessamment reprendre ses programmes



a

Muyinga : Du respect pour les morts !



a

Bubanza : Des lamentations au sein des familles des prisonniers de la maison d’arrêt



a

UBJ : « Ce ne sont que les journalistes qui peuvent décider de la dissoudre »



a

Le Burundi menace de se retirer du Statut de Rome



a

MUYINGA : Réfection du cachot de la police judiciaire



a

Burundi : A quand la réouverture des medias encore en décombre ? S’interrogent les parlementaires.



a

Burundi : Ils restent inculpés mais libres.





Les plus populaires
"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice,(popularité : 9 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 2 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 2 %)

L’ancien Maire Evrard Giswaswa en prison,(popularité : 2 %)

Projet de loi sur la presse : HRW demande au Président l’abstention à la promulgation,(popularité : 2 %)

Le SYMABU lance un préavis de grève,(popularité : 2 %)

Ngendakumana relaché une journée après son arrestation ,(popularité : 2 %)

Le parquet général de la république demande l’extradition de 4 journalistes burundais,(popularité : 2 %)

Le Parquet Général de la République suspend des mandats internationaux contre certains politiciens qui sont à l’étranger,(popularité : 2 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 2 %)