Burundi : L’or noir devient de nouveau rare


Des files d’attente se dessinent de nouveau devant les stations - service d’or noir de la capitale et de l’intérieur du pays. Le peu qu’il ya sur les marchés noirs, le prix d’un litre oscille autour de 3000 et 4000fbu. Le ministère de l’énergie et mines explique qu’il ne s’agit pas de pénurie de l’essence mais plutôt du retard qu’a connu les approvisionnements.



Par: Isanganiro , mardi 20 décembre 2016  à 16 : 40 : 31
a

Sur différentes stations-services de la mairie de Bujumbura que la radio Isanganiro a visité ce mardi, les clients doivent se mettre sur des files d’attente pendant beaucoup de temps pour avoir de l’essence. Certains de ses clients disent ne pas comprendre cette situation qui semble devenir cyclique.

Ce phénomène étant partagé dans tout le pays ; ce mardi fait le cinquième jour que quatre stations-services que compte la province de Cibitoke au nord-ouest sont sans essence. Les commerçants disent que ceux qui en ont sur le marché noir le livrent à un prix variant entre 3.500 et 4.000 francs burundais le litre. De l’autre côté, les transporteurs ont revu à la hausse le prix du ticket ; ce qui développe la colère chez les passagers qui demandent l’intervention des autorités habilitées. Le commissaire de police à Cibitoke met en garde les spéculateurs et promet des sanctions contre eux.

Même son de cloche dans la province de Ngozi. Comme à Cibitoke, la province présidentielle totalise 5 jours sans le carburant de type essence. Sur 7 stations que compte la province de Ngozi, aucune station-service a le carburant/essence depuis vendredi de la semaine passée. La station Kobil sis en bas du Lycée don Bosco qui a été approvisionné en essence, cet or noir n’a duré que le temps de la rosée.

Face aux files d’attentes devant les stations, le ministère de l’énergie et mines indique qu’il ne s’agit pas de pénurie de l’essence. Daniel Mpitabakana, Directeur du Carburant explique qu’il s’agit d’un retard qui s’est manifesté lors de l’approvisionnement de ce produit. Toutefois, cette autorité reconnait l’existence de produit dans les stocks et appelle la population à ne pas se focaliser sur certaines stations.

Dans ce ministère de l’énergie et mines, l’on indique en outre que les prix de l’essence et du gasoil qui sont respectivement de 2.000 et 1.880 francs burundais le litre, restent en tout cas inchangés pour le mois de décembre en cours. Seul le pétrole lampant devient 1.640 francs bu le litre. Selon un communiqué sorti ce mardi, cette révision des prix des produits pétroliers est dictée par la variation négative du taux de change de la monnaie locale par rapport au dollar américain, et celle du prix sur le marché international. L’on a ainsi constaté que le prix du pétrole lampant a enregistré une légère augmentation, précise le communiqué.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

183 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message