Bubanza : Desséchement des cultures dans la plaine de Gihanga


A plus d’un mois du soleil accablant dans certaines communes de la Province Bubanza, les cultivateurs ne savent plus où donner de la tête face aux champs prématurément en couleur jaune par manque de pluie. Ils déplorent que le barrage en cours de construction qui pourrait irriguer s’est écroulé.



Par: Isanganiro , lundi 26 décembre 2016  à 11 : 39 : 31
a

Désespérés, les agriculteurs de la plaine de Gihanga, Mpanda, Maramvya et Muzinda de la province Bubanza à l’Ouest du pays se lamentent qu’ils n’espèrent plus récolter. Le soleil accablant qui va bientôt totaliser un mois dessèche les cultures qui, certaines étaient à l’étape de sarclage et les autres allaient être récoltées. « La disette frappe déjà sur les portes. Les prix des denrées alimentaires ont également grimpé sur les marchés ; un kilo de haricot de dernière qualité coûte 2000 Fbu ; ce n’est pas du tout normal » ; s’indigne Nivyisi Arthémon, cultivateur croisé au village six en train d’arracher les tiges de maïs déjà desséchées.

Certains cultivateurs préfèrent arracher les tiges pour la fougère de leurs bétails. De loin, de ces champs de haricots et maïs par exemple, on a l’impression qu’ils sont mûrs, ce qui n’est pas le cas. Par conséquent, les fleurs et les feuilles jaunissent et se dessèchent par manque de pluie. « Pour le moment, on aurait déjà les premières récoltes de haricots et de légumes. Pour le maïs, ce serait dans un mois, en Janvier-Février, et voilà , on a rien et on n’aura rien », se désole Marianne Gakobwa de la colline Rubira en commune Mpanda.

Les cultivateurs déplorent que le barrage hydro-agricole de Kajeke qui pourrait irriguer plus d 3000 hectares s’est écroulé avant que les travaux de construction qui ont couté plus de douze milliards de nos francs ne s’achèvent. Le ministère burundais ayant les finances dans ses attributions, lors de la présentation du projet de loi portant budget général de l’Etat , exercice 2017,un budget baptisé d’austérité, Domitien Ndihokubwayo a indiqué que le projet Kajeke sera bientôt relancé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

211 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 28 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 14 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 9 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 7 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 6 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 6 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 5 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 3 %)

La REGIDESO relègue à l’écart la misère de la population,(popularité : 3 %)

Trop d’impôt tue l’impôt à Makamba ,(popularité : 3 %)