Bubanza : Les agri-éleveurs s’inquiètent des produits phytosanitaires à leurs troupeaux


Les éleveurs de la commune Gihanga, Mpanda et Muzinda dans la province de Bubanza s’inquiètent des conséquences sur la santé de leurs troupeaux qui broutent les tiges et feuilles de maïs pulvérisés avec différents produits phytosanitaires. Ils demandent aux responsables de la Direction Provinciale de l’Agriculture et Elevage de fournir plus des éclaircissements afférents .



Par: Isanganiro , lundi 23 janvier 2017  à 12 : 37 : 56
a

Les champs de maïs sont détruits par le soleil. De ce fait, ils sont coupés et les tiges desséchées sont nourries aux vaches sous forme de fourrages : Des fois ,les vaches sont conduites dans les champs et ravagent tout ce qui s’y trouve . ‘’Mon champ de maïs a été complètement ravagé par les vaches, je les ai laissées brouter tout le feuillage jaunâtre au lieu de les arracher pour les bruler . Je ne pouvais rien récolter , tout est sec , je ne vois pas comment on va vivre avec ce soleil.’’, se lamente Nyandwi Albert un agri -éleveur de Gihanga. Cet habitant qui ne voit pas sur quel pied danser avec le soleil accablant ajoute que ses champs sont aussi détruits par des chenilles. "J’ai utilisé tous les produits phytosanitaires pour se débarrasser de ces chenilles sans succès", précise -t-il.

Que deviendront les troupeaux qui broutent ces champs

‘’Je m’inquiète de mes vaches qui broutent chaque jour ces champs de maïs contenant ces différentes gammes des phytosanitaires. Je crois que le durisban utilisé souvent est plus dangereux. La santé de nos vaches est en danger’’, se désole Irangabiye Nestor, un éleveur de Muzinda. Ces éleveurs trouvent qu’il serait plus efficace aux responsables de l’agriculture et élevage de fournir des éclaircissements sur les conséquences de ces produits. "Ça nous aidera à rester avec au moins nos troupeaux parce qu’on ne compte plus à l’agriculture pour assurer la survie", martèle un agri- éleveur de Gihanga .

Pascasie Sinzinkayo, chef de service développement élevage à la DPAE Bubanza explique que les inquiétudes de ces éleveurs sont fondées. "Ces produits phytosanitaires peuvent être néfastes sur la santé des consommateurs, surtout de ces animaux dont parlent les éleveurs", précise - t -elle. Cependant, les conséquences de ces produits dépendent de plusieurs facteurs : la période de pulvérisation, le type de produit et la quantité engagée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

256 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura : La gare du Nord migre vers le marché Ngagara 2



a

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura



a

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie



a

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité



a

Muyinga : Les coopératives des caféiculteurs priment les femmes



a

L’endettement intérieur de l’Etat burundais inquiète la PARCEM



a

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée



a

La Zone urbaine de Bwiza, « presque toujours dans le noir »



a

Pénurie du carburant : une situation cyclique au Burundi



a

Muyinga : Le crédit warrantage : un moyen de sécuriser la production agricole au Nord du Pays





Les plus populaires
Bujumbura : La gare du Nord migre vers le marché Ngagara 2 ,(popularité : 7 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 5 %)

Le marché de Jabe déménage vers le terrain du lycée municipal Bwiza,(popularité : 3 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 2 %)

Pénurie du carburant : une situation cyclique au Burundi ,(popularité : 2 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 2 %)

L’endettement intérieur de l’Etat burundais inquiète la PARCEM ,(popularité : 2 %)

La Zone urbaine de Bwiza, « presque toujours dans le noir » ,(popularité : 2 %)

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie ,(popularité : 2 %)

Nkoribishimwa : L’infatigable,(popularité : 2 %)