Burundi : Une des trois radios encore fermées pourrait incessamment reprendre ses programmes


14 février 2017, cela fait 21 mois au moins que trois médias privés burundais sont fermés après le putsch manqué du 13 mai 2015. Le conseil national de la communication via son porte-parole dit que l’une d’entre elle, pourrait reprendre ses programmes, à condition de changer de locaux. Le directeur a.i de ladite radio s’en réjouit, mais estime qu’il n’est pas question de déménager.



Par: Isanganiro , mercredi 15 février 2017  à 15 : 09 : 45
a

Sur les trois média, seule la radio Bonesha Fm pourrait reprendre incessamment ses programmes selon le porte-parole du CNC, Conseil national de la communication. Mais une condition s’impose, celle de changer de locaux. Gabriel Bihumugani explique que la justice peut en avoir besoin pour ses enquêtes, sinon, la radio n’a aucun problème avec cet organe.
"Le problème réside au niveau des poursuites justicières. Pour nous, ces journalistes n’ont pas de problème avec le conseil national de la communication, n’ont pas de problème avec la loi ; pour dire que la radio pouvait réémettre ; elle garde sa fréquence. Pour le moment, on a interdi aux journalistes de franchir les studios ; ils pouvaient accepter de travailler ailleurs, la radio Bonesha peut relancer ses activités", a dit Bihumugani au nom du CNC.

Des propos qui semblent réconforter le directeur a.i de cette station . Léon Masengo qui, pourtant estime qu’il n’est pas question de changer de siège. "C’est là où est conservé tout le matériel", dit-il . Il renseigne par ailleurs que la commission nationale des droits de l’homme a déjà fait le constat que la station n’a aucun problème avec la justice. La confiance du CNC est une valeur ajoutée.

Cette chance de réouverture n’est pas donnée à deux autres stations, la radio publique africaine et radio-télé renaissance . A en croire le porte-parole du CNC, leurs responsables ont déclaré que la question dépasse cet organe de régulation. Le 14 mai 2015, au lendemain du putsch manqué contre le pouvoir de Bujumbura, six médias indépendants avaient été fermés, il n’y avait que trois qui ont été permis de reprendre leurs programmes jusqu’ici.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

538 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi





Les plus populaires
Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité,(popularité : 11 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 9 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 9 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 8 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 7 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 7 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 7 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 7 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 6 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 6 %)