CVR : Enterrement digne des victimes projeté à l’horizon 2018


« L’exhumation des restes des victimes découverts sur la colline Gasenyi, zone Makamba de la commune Rusaka en province Mwaro n’est pas l’œuvre initiée par la commission vérité et réconciliation (CVR). Elle a été une réponse d’urgence suite à la découverte d’une fosse commune par les ouvriers qui terrassaient le terrain où sera érigé une école », affirme Mgr Jean Louis Nahimana. Il indique cependant que ça a été une occasion pour la commission de lancer la campagne d’identification de toutes les fosses communes se trouvant au Burundi.



Par: Isanganiro , jeudi 16 mars 2017  à 13 : 19 : 42
a

« Nous avons été saisi par l’administration communale de Rusaka, qui a découvert pendant les travaux de terrassement d’un chantier d’une école, une fosse commune », affirme le président de la CVR. Selon lui, conformément à ses missions, la CVR a commencé par la protection des lieux et a par la suite,lancé la campagne d’identification de toutes les fosses communes. Mgr Nahimana indique que l’étape suivante sera l’exhumation, dans les mesures du possible, de tous les restes afin de procéder à l’enterrement avec dignité en commun accord avec les familles qui ont perdu les leurs.

Identification des fosses commune, un terrain déjà défriché

A propos de l’effectif total des fosses communes que regorgeraient le Burundi et leur cartographie, le président de la CVR fait savoir que les agents de cette commission sont sur terrain pour faire ce travail. Il précise que ce n’est pas une forêt vierge que la commission va traverser car, certaines organisation et associations des familles des victimes ont déjà défriché le terrain. « Nous n’allons pas partir de rien », affirme-t-il. Nous avons, je dirais, une cartographie provisoire, poursuit Mgr Nahimana en évoquant les travaux des organisations partenaires de la commission qui ont travaillé sur les fosses communes et l’identification des victimes.

Nous nous sommes appropriés de ces travaux, souligne l’homme de l’Eglise catholique. Néanmoins, il fait savoir que la commission est entrain de faire le tour de ces fosses communes pour s’enquérir de la véracité des informations et des données qu’elle reçoit de ses partenaires.Un travail qui ira jusqu’au début de l’année 2018, a-t-il précisé. Mgr Nahimana fait savoir que la fin de l’identification des fosses commune sonnera l’ouverture de la phase d’exhumation qui sera accompagnée d’un enterrement digne de ces restes humains.

« Eviter le scandale des faibles »

Qu’en est-il des restes déjà exhumés ? A cette question Mgr président de la CVR, fait savoir que la première décision prise est de les protéger.Un travail qui est entrain d’être fait en commun accord avec une plateforme qui a été mis sur pied par le gouvernement. Cette dernière, nous dira l’homme de l’Eglise, est chargée des fosses communes. Ce sont, dit-il, des services appropriés avec des agents spécialisés dans ce genre de travail.

A la question de savoir pourquoi les familles dont les leurs ont été exhumés devraient atteindre l’année prochaines pour assister à l’enterrement digne des leurs, Mgr Nahimana fait savoir que c’est un travail délicat. « Le Burundi a été endeuillé à des moments différents de l’histoire », souligne le patron de la CVR. De ce fait, malheureusement pour le Burundi, dit-il, les violations massives ont toujours pris un caractère ethnique. Pour ne pas créer des frustrations inutiles et de choquer les uns et les autres, nous avons, dit Mgr Jean Louis, trouver idéal de célébrer nos morts tous ensemble sans distinction d’ethnie. « Cela permettra également d’éviter, comme le dit saint Paul, le scandale des faibles », a-t-il affirmé.

Les jeunes invités à éviter les erreurs de leurs aînés

« La commission peinent à ressembler les moyens qui lui faut pour mener à bon port le navire qui a été confiée », dit Mgr Jean Louis. Cependant souligne l’homme de l’Eglise, le travail qui nous est confié est également un travail de tout Burundais. Ce n’est pas l’apanage des seuls commissaires qui composent la CVR. La vérité que nous recherchons c’est un travail qui doit être fait dans l’intérêt de tout le peuple Burundais.

Une occasion pour Mgnr Jean Louis de lancer un appel à toutes les personnes qui ont été témoins ou qui savent quelque chose sur ce qui se passé à donner leur contribution pour que la vérité puisse éclore au Burundi. « Il en va pour l’avenir de ce pays et tout particulièrement pour les jeunes générations qui n’ont pas assisté à ce qui s’est passé dans l’histoire récente de ce pays. Ils ont besoin d’être éclairés pour qu’ils ne répètent pas les mêmes erreurs que leurs aînés ont commises » a-t-il conclus.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

99 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Rose Hakizimana   ce  mardi 21 mars 2017   à 15 : 50 : 58

Je remercie personnelement Mgnr Jean Louis pour le travil
noble pour faire la lumiere sur les passe

CONcernant mon temoignage je lui demande de creer une petite commission au Canada et dans d autres pays pour entendre ici et la les Temoignages des Reffugies Burundais
je vous remercie Rose



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un



a

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes



a

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines



a

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous



a

Le TGI Muha prononce les peines contre les présumés coupables de la tentative d’assassinat du Lieutenant-Général Prime Niyongabo



a

"La justice burundaise n’agit pas en vase clos", explique la ministre de la justice



a

Burundi : Une des trois radios encore fermées pourrait incessamment reprendre ses programmes



a

Muyinga : Du respect pour les morts !



a

Bubanza : Des lamentations au sein des familles des prisonniers de la maison d’arrêt





Les plus populaires
L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 9 %)

Loi sur la presse : les médias portent plainte à la cour constitutionnelle,(popularité : 2 %)

Il est onvoqué par le Parquet de Makamba,(popularité : 2 %)

Libération provisoire sur cautionnement ,(popularité : 2 %)

Projet de loi sur la presse : HRW demande au Président l’abstention à la promulgation,(popularité : 2 %)

Kivyuka : Les assassinés ré-assassinés,(popularité : 2 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 2 %)

Des députés belges réclament justice pour Ernest Manirumva,(popularité : 2 %)

Dossier Hassan Ruvakuki : Le pouvoir CNDD-FDD oublie vite ,(popularité : 2 %)