Les conducteurs de taxis vélos s’inscrivent en faux contre les rafles pour les sans plaques et gilets


Les conducteurs de taxi vélo s’insurgent contre des sanctions leur infligées par leur association SOTAVEBU à tous ceux qui ne portent pas des gilets et conduisent de vélo sans plaque d’immatriculation alors que ces mesures ont été suspendues par les autorités municipales et la direction générale du transport. Ils affirment ne pas savoir la destination de tout l’argent collecté en guise de punition.



Par: Isanganiro , mardi 21 mars 2017  à 14 : 29 : 39
a

Une rafle a été opérée ce mardi matin à l’endroit des conducteurs de taxi vélo au parking situé au niveau du rond-point des nations unis près du marché dit ‘’ COTEBU’’. cette opération menée par des hommes en tenue civile visait tout conducteur de vélo qui ne portait pas d’uniforme "gilet" ou dont son vélo est sans plaque d’immatriculation. Chacun devrait payer une amende de deux mille francs Bu dans le but de libérer son bicyclette.

Ces conducteurs de taxis vélo disent ne pas comprendre pourquoi ces responsables de leurs associations continuent à perturber leur travail alors que le gilet et la plaque ne sont plus obligatoires. Ils évoquent jusqu’ici la mesure de suspension des activités de vente de ces effets récemment prise par le ministère ayant le transport dans ses attributions des transports.

Ces plaques exigées ne sont même pas facile à se procurer selon ces mêmes transporteurs. Ils dénoncent même une sorte d’irrégularité : « Nous ne sommes pas autorisés à acheter les plaques. Nos chefs nous obligent de leur donner de l’argent pour achat à notre place. Et quand on te donne cette plaque on t’exige de la cacher au sortir de leur bureau. », expliquent ces conducteurs malheureux.

Les percepteurs de cet argent au profit de leur association SOTAVEBU qui étaient sur place n’ont pas voulu répondre aux questions de notre rédaction.

Ces transporteurs font savoir que ces actes ne sont pas seulement signalés au parking du rond-point des nations unies, en face du marché de Cotebu et le building du parti Cndd-fdd. ’’ cela se passe également dans plusieurs quartiers surtout ceux du nord de la capitale Bujumbura", renchérissent-ils.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

207 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Gitega : Le manque criant du carburant de type essence limite la circulation



a

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne



a

Ruyigi : Remise des motopompes d’irrigation aux agriculteurs producteurs de semences en commune Gisuru.



a

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle



a

Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi



a

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits



a

Burundi : Le café de Kayanza et Ngozi rafle la coupe d’excellence



a

Muyinga : Vers la régionalisation agricole



a

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté



a

Bujumbura : La gare du Nord migre vers le marché Ngagara 2





Les plus populaires
Gitega : Le manque criant du carburant de type essence limite la circulation ,(popularité : 6 %)

Certains agents de l’Etat sont complices dans la fraude à Muyinga selon l’OBR,(popularité : 3 %)

Burundi : La courbe des prix est toujours ascendante avec 2017 ,(popularité : 2 %)

Un "hélicoptère made in Burundi" ,(popularité : 2 %)

Bujumbura frappé par la pénurie du ciment,(popularité : 2 %)

Bujumbura : Les commerçants contraints de déménager temporairement,(popularité : 2 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 2 %)

Burundi/Carburant : Vers le réajustement des prix à la pompe ?,(popularité : 2 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 2 %)

Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi,(popularité : 1 %)