Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi




Par: Evariste Nzikobanyanka , mardi 27 mars 2012  à 17 : 46 : 32
a

Le Président du Fond International pour le Développement Agricole, FIDA en sigle, Kanayo F. Nwanze sera en visite officielle au Burundi à partir du 28 mars pour renforcer le partenariat entre le FIDA et le Burundi pour un développement durable de l’agriculture, une des priorités du gouvernement burundais pour la croissance du pays.

Dans la capitale burundaise, Kanayo Nwanze rencontrera le Chef de l’État, Pierre Nkurunziza ; le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi, Gervais Rufyikiri, le Ministre des relations extérieures et de la coopération internationale, Laurent Kavakure ; le Ministre des finances et de la planification du développement économique, Tabu Abdallah Manirakiza ; la Ministre de l’agriculture et de l’élevage, Odette Kayitesi et autres hautes autorités burundaises pour discuter avec eux le partenariat entre le FIDA et leur pays dans le domaine du développement du secteur agricole, la sécurité alimentaire et les effets du changement climatique ainsi que la place des jeunes ruraux dans le développement du Burundi.

Nwanze prononcera une allocution devant le sénat de la République réuni sous la présidence de l’honorable Gabriel Ntisezerana, Président du Sénat. Il aura également des échanges consultatifs avec la Représentante Spéciale du Secrétaire général de l’ONU au Burundi, Karin Landgren et la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au Burundi, Rosine Sori Coulibaly. Il visitera aussi l’Institut des sciences agronomiques du Burundi (ISABU).

“Il est temps que les petits agriculteurs jouent le rôle qui leur revient en apportant leur contribution à la croissance économique et à la sécurité alimentaire,” a déclaré Nwanze à la veille de son départ pour le Burundi. “Lorsque ces agriculteurs sont reconnus comme des petits entrepreneurs, qu’ils ont accès à des ressources, des moyens plus appropriés, aux marchés et à un environnement favorable, ils peuvent transformer leurs communautés, leur propre existence et le monde.”

Au cours de son séjour, le Président du FIDA visitera quelques sites du Programme de développement des filières (PRODEFI), du Project d’appui à la reconstruction du secteur de l’élevage (PARSE) et du Projet d’appui à l’intensification et à la valorisation agricoles du Burundi (PAIVA-B) financés par le FIDA dans les provinces de Ngozi et Karusi. Il rencontrera des petits producteurs, femmes et jeunes du monde rural, notamment les bénéficiaires pour échanger des points de vue sur l’impact des interventions du FIDA dans leurs zones.

Avant son départ de la capitale burundaise, Nwanze signera avec la Ministre des relations extérieures et de la coopération internationale un accord pour l’établissement d’un bureau du FIDA au Burundi. Avec la mise en place d’un bureau au Burundi, le FIDA entend renforcer la concertation avec le gouvernement burundais, les partenaires techniques et financiers ; et développer la synergie avec les autres acteurs de développement, les secteurs public et privé burundais, les organisations non gouvernementales telles que les organisations de producteurs et la société civile.

Depuis 1980, le FIDA a soutenu la mise en œuvre de 9 programmes et projets de développement rural au Burundi pour un coût total de 298,5 millions d’USD dont 141 millions d’USD de prêt et don du FIDA. Ces projets ont touché directement environ 500 000 ménages ruraux pauvres du pays.

Qui est Kanayo F. Nwanze ?

Kanayo F. Nwanze est devenu le cinquième président du FIDA le 1er avril 2009.
Citoyen nigérian, il possède une solide expérience de la promotion et de
l’encadrement du changement ainsi qu’une connaissance approfondie de la
complexité des problèmes de développement.
Il apporte avec lui plus de 30 années d’expérience, acquise dans trois continents,
en matière de lutte contre la pauvreté par le biais de l’agriculture, du
développement rural et de la recherche.

Sous sa conduite, le FIDA a redoublé d’efforts pour faire en sorte que
l’agriculture figure en bonne place dans l’agenda international pour le
développement et pour que les préoccupations et les besoins des petits paysans et
autres ruraux pauvres soient reconnus par les gouvernements partout dans le
monde. Le leadership intellectuel de M. Nwanze sur les questions de sécurité
alimentaire lui a valu d’être invité à présider le Conseil pour le programme
mondial sur la sécurité alimentaire du Forum économique mondial de 2010.
Durant le mandat de M. Nwanze, le FIDA a augmenté le nombre de chargés de
programme de pays détachés sur place et ouvert de nouveaux bureaux de pays.

Cette présence accrue dans les pays et la supervision exercée directement par le Fonds sur ses projets sont des gages d’efficacité supplémentaire.

Avant de prendre la tête du FIDA, M. Nwanze a occupé pendant deux ans lesfonctions de Vice-Président de l’organisation. Auparavant, il avait été pendant dixans Directeur général du Centre du riz pour l’Afrique. Il a joué un rôle déterminantdans l’introduction et la promotion du Nouveau riz pour l’Afrique (NERICA),
variété de riz à haut rendement, résistante à la sécheresse et aux ravageursspécialement mise au point pour le continent africain. Il a également transforméle Centre, qui était au départ une association ouest-africaine, en une organisationpanafricaine dotée d’une réputation internationale d’excellence.

Par ailleurs, M. Nwanze a occupé des postes de haut niveau auprès de diverscentres de recherche affiliés au Groupe consultatif pour la recherche agricoleinternationale (GCRAI) en Afrique et en Asie, et il est pour beaucoup dans lacréation de l’Alliance des centres du GCRAI.

M. Nwanze a obtenu une licence ès sciences en agronomie àl’Université
d’Ibadan (Nigéria) en 1971 et un doctorat en entomologie agricole de la Kansas State University (États-Unis) en 1975.

Il a beaucoup publié et est membre de plusieurs associations scientifiques, etil a siégé au conseil d’administration de diverses institutions.

M. Nwanze a reçu de nombreuses distinctions honorifiques décernées par des gouvernements et des organisations internationales. Il est notamment Commandeur de l’Ordre national du mérite de la Côted’Ivoire et Officier de l’Ordre national du Bénin.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

689 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin





Les plus populaires
A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 24 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 16 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 9 %)

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA,(popularité : 4 %)

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie,(popularité : 4 %)

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin ,(popularité : 4 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 4 %)

Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi,(popularité : 4 %)

Gitega : Le manque criant du carburant de type essence limite la circulation ,(popularité : 4 %)

L’UE accorde au Burundi un don de 95 millions d’Euro,(popularité : 4 %)