AFSC : 100 ans de consolidation de la paix à travers le monde


Le monde a été dans un état d’instabilité perpétuelle depuis l’avènement de la première et de la deuxième guerre mondiale.Monsieur Moses Chasieh, représentant pays de l’ONG American Friends service committee (AFSC) au Burundi l’a dit le vendredi 31 Mars 2017, lors de la célébration du centenaire de cette ONG qui œuvre au Burundi depuis l’an 2004, dans le domaine de la consolidation de la paix et le relèvement communautaire.



Par: Isanganiro , samedi 1er avril 2017  à 13 : 09 : 28
a

« Les Quakers aux Etats Unis d’Amérique ont conclu que la violence n’était pas une solution. Ils se sont rendus compte qu’il y avait une possibilité de transformer les jeunes et leur inculquer les valeurs de la non-violence », a indiqué Moses Chasieh. Selon lui, l’ONG American Friends service committee (AFSC) est une organisation implantée dans plus de 50 pays qui a été créée dans le but de promouvoir la paix travers le monde.

AFSC dans les communautés affectées par les conflits

Au Burundi, AFSC intervient dans la consolidation de la paix et au relèvement communautaire dans les provinces de Bujumbura, Bujumbura Mairie, Makamba, Cibitoke, Rutana, et Bubanza. Etablie au pays depuis l’an 2004, cette ONG comprend, selon M. Chasieh des personnes de croyances différentes engagées à la justice sociale, la paix et le service humanitaire.

AFSC Burundi travaille dans les communautés affectées par les conflits et autres formes de violence comme le précise le représentant pays de l’ONG. Elle s’intéresse particulièrement aux femmes, aux jeunes, aux anciens combattants, aux rapatriés et aux déplacés internes. Son programme de dialogue et d’échange facilite le développement et le partage s’expérience, des connaissances et des stratégies. Selon toujours M. Chassieh, cela permet aux personnes confrontées à la pauvreté et aux conflits violents de déterminer la meilleure façon d’améliorer leur situation et bâtir leur avenir.

Quel impact dans la consolidation de la paix ?

JPEG - 20.7 ko

Les jeunes universitaires qui ont participé dans différentes activités financées par AFSC et exécutées par les ONGs locales, partenaires d’American Friends Service Committee, affirment avoir reçu des connaissances en matière de la prise en charge psycho sociale et la résolution pacifique des conflits. « Les connaissances acquises dans l’analyse, la gestion, la prévention et la résolution des conflits, nous permettent d’intervenir dans la sensibilisation des jeunes au sein des campus. Nous sommes capables en tant que jeunes d’améliorer et d’user de la non-violence dans la résolution des conflits », a témoigné un des jeunes universitaires.

Josiane Nzisabira, jeune fille de la commune urbaine de Ntahangwa dans la zone Cibitoke, dit qu’à travers les partenaires d’AFSC dont la coalition pour la paix COPA, les jeunes des quartiers Nord de la Capitale ont pu évoluer. « Dans des moments très difficiles, après la période des manifestations, nous les jeunes étions dans un état de forte dépression. On avait peur des autres », affirme Mlle Nzisabira.

Selon elle, les enseignements de COPA, la cohabitation autour des travaux d’intérêt communautaire, ont permis d’instaurer un climat de confiance et d’acceptation mutuelle. « Les jeunes des différents partis politiques et de diverses sensibilités idéologiques ont pu surmonter les défis dans les chantiers de paix autour des jeux », dit-elle. Le projet Heloc, poursuit Mlle Nzisabira, a permis la guérison des traumatismes à travers la libération de la parole.

« Il n’y a pas de paix sans développement »

JPEG - 19.7 ko

Pour ses 100 ans de consolidation de la paix à travers le monde, Moses Chasieh fait savoir qu’American service Committee intervient dans le domaine de relèvement communautaire. Sur ce plan, Jovith Kwizera, originaire de la colline Karinzi, zone Kayogoro de la commune Mabanda en province Makamba, affirme que parler de micro-crédit en province de Makamba était devenu une question taboue. La population, souligne Mme Kwizera, a été horrifiée par certains micro finances qui l’ont escroquée en promettant le double des sommes investies en un laps de temps.

’Cette escroquerie a profondément affecté la population de Makamba", témoigne Jovith Kwizera. De ce fait, explique-t-elle, il était difficile de reparler d’épargne. « AFSC et l’église Fecabu à travers le projet « Tubeho Neza », sont venus comme faisceaux lumineux qui nous ont éclairé et nous ont permis de tourner la page des cauchemars du passé.

Une bénédiction divine à travers American Freinds service committee

Grâce aux différentes formations, nous avons pu entreprendre des microcrédits qui ont permis d’entreprendre les projets de développement. Les jeunes ont pu apprendre différent métiers qui ont permis des s’auto satisfaire. "Nous avons, à travers les microcrédits un devoir de s’acheter du petit bétail et du gros bétail. Quatre associations, se sont mis ensemble et nous avons un centre de collecte du lait à Karinzi. AFSC nous a doter d’équipent moderne. Nous pensons qu’il s’agit d’une bénédiction divine qui nous est parvenu à travers American Freinds service committe », affirme Kwizera.

Quels sont les défis auxquels fait face l’ONG "AFSC"

JPEG - 19.2 ko

AFSC fait face à des défis internes comme l’indique Moses Chasieh. "Trouver les ressources nécessaires comme une organisation intervenant dans un domaine, la difficulté d’amener les bailleurs à comprendre que la mission d’AFSC peut donner la transformation de la jeunesse sont les grands défis qui hante l’ONG en ces jours-ci", a t-il expliqué. Moses Chasieh parle aussi de la compétition dans le recrutement des ressources humaines. « Il y a un mouvement de départ du staff d’une organisation à une autre, d’où l’impératif de se reconstituer à tout moment », affirme M. Chasieh.

A l’externe, le représentant pays d’AFSC évoque le défi de répondre à toutes les attentes qui parfois dépassent la capacité d’action de l’ONG. "La dynamique socio politico économique du pays exige des réorganisations pour définir dans quelles meilleures façons, il faut intervenir pour donner plus d’impact’’ a renchéri Moses Chasieh.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

155 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année



a

Burundi /SOS : Bonne guérison à Jonathan



a

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise



a

Bubanza : Quatre morts de cholera à kagwema.



a

Burundi : Retour aux comptes gouttes des refugiés burundais en provenance de la Tanzanie



a

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba



a

Burundi : "Jeunesse, Ainsi la Vie est Belle mais pas Toujours Rose", estime un Jeune A .Machado



a

Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles



a

Rumonge : Les associations encadrés par FVS-Amade Burundi assistent les enfants orphelins et vulnérables





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 13 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 3 %)

La construction du tombeau du Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana,(popularité : 3 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 2 %)

Université du Burundi : Le Recteur Gaston Hakiza limogé après neuf ans de règne ,(popularité : 2 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 2 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 2 %)

Université du Burundi : Les étudiants internes prêts à revendiquer leur petit déjeuner ,(popularité : 2 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 2 %)

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme ,(popularité : 2 %)