Le recrutement de la CVR des agents de dépositions à la base ne rassure pas l’AMPCI-Girubuntu


Au Burundi, la commission vérité et réconciliation (CVR) est en train de recruter des agents de dépositions de témoignages pour les crimes répétitifs commis depuis l’indépendance en 1962 jusqu’en 2008, date de signature de l’accord de cessez-le feu avec un dernier mouvement rebelle, le FNL. D’aucuns se demandent comment sera la crédibilité de ces agents, du moment que leur travail sera piloté par des administratifs, militants des partis politiques.



Par: Isanganiro , lundi 3 avril 2017  à 16 : 58 : 24
a

Deux agents de dépositions par colline, sur les trois mille que compte le pays, seront recrutés. Les interrogations que se pose une bonne opinion résident au niveau de la crédibilité de leur travail, du moment que ces démembrements seront pilotés par des personnalités politiques, les conseillers des administrateurs au niveau des communes ; et au niveau provincial, ce sont les conseillers sociaux des gouverneurs, membres du parti présidentiel pour la plupart. Incompatible selon Aloys Batungwanayo, président de l’association pour la mémoire et la protection de l’humanité contre les crimes internationaux, quand la commission devrait être apolitique. "Nous trouvons vraiment pas rassurant de voir des gens qui ont d’autres responsabilités ; de surcroit des responsabilités politiques piloter ces démembrements ", précise Aloys Batungwanayo.

Pour lui, piloter ces démembrements en tant que politicien, c’est un piège, un handicap ou encore un obstacle au bon déroulement de la recherche de la vérité et la réconciliation. ’’Le conseiller socio culturel au niveau de la province est d’abord un employé de la province sous la responsabilité du gouverneur. Il est en même temps un homme qui a un mandat public et également politique. Il ne pourra pas se disponibiliser à aider à la recherche de la vérité tant qu’il ne sera acquitté des taches lui confiées par le gouverneur", ajoute Batungwanayo
.
Difficultés de générer une vérité crue

Selon Aloys, un conseiller du gouverneur est un agent du gouvernement qui a des comptes à rendre au gouvernement. Il ne peut pas pour le cas d’espèce, dénoncer une vérité crue, mais gênante pour son idéologie politique. "Un conseiller socio culturel, c’est quelqu’un qui est issu d’un parti politique x’’, martèle le président de l’AMPCI- Girubuntu. D’un autre côté, les déposants eux-mêmes peuvent avoir peur de cracher la vérité, étant au quotidien des demandeurs de services, au sein de l’administration. Aloys propose que ces démembrements soient dirigés par des personnalités ayant des mains libres et non liées.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

189 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des controverses sur la campagne de sensibilisation sur les articles amendés dans la constitution



a

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?



a

Le groupe parlementaire d’Amizero y’Abarundi fustige les arrestations de leurs membres



a

Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005



a

Burundi-sécurité : le ministère de l’intérieur minimise les menaces liées à la sécurité du président de la coalition Amizero y’abarundi



a

Minago : 14 ans après l’assassinat d’un Nonce apostolique



a

Le Burundi attend des clarifications sur l’élection du président de l’EALA



a

Des présidents africains appréciés par l’Institut Mandela basé en France



a

Le CNC suspend le directeur des publications du Journal en ligne Igihe



a

Burundi décide de fermer certaines de ses ambassades en début de l’année 2018 à commencer par Norvege





Les plus populaires
Burundi-sécurité : le ministère de l’intérieur minimise les menaces liées à la sécurité du président de la coalition Amizero y’abarundi,(popularité : 11 %)

Des controverses sur la campagne de sensibilisation sur les articles amendés dans la constitution,(popularité : 4 %)

‘’L’école fondamentale commence au début de l’année scolaire’’ ,(popularité : 4 %)

’’Encore des lois limitatrices des libertés publiques’’ ,(popularité : 4 %)

Une presse libre, est elle du souhait du parlement ? ,(popularité : 3 %)

De quoi accouchera la conférence de Genève ?,(popularité : 3 %)

CNTB : « Le virus Sérapion » dérange, l’Uprona réclame sa thérapie ,(popularité : 3 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 3 %)

La CENI propose la révision du code électoral de 2010 pour 2015 ,(popularité : 3 %)

La société civile dans le collimateur du conseil national de sécurité ,(popularité : 3 %)