Le trafic des êtres humains inquiète les sénateurs burundais


Plus de 800 femmes et filles sont déjà parties vers trois les pays arabes, parmi lesquelles, 31 sont déjà de retour. Ce mouvement départ dans "le trafic des êtres humains" inquiètent les sénateurs burundais. Ces inquiétudes ont été soulevées lors des assises du 13 Avril 2017,au cours desquelles avait été invité le ministre des relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe



Par: Isanganiro , dimanche 16 avril 2017  à 13 : 13 : 01
a

Selon Honorable Nsesema,le président de la commission permante chargée du droit de l’homme, en date du 26 février, la radio télévision nationale du Burundi (RTNB) a diffusé des informations faisant état de 824 filles et femmes qui ont été embarquées vers les pays arabes, notamment l’Arabie Saoudite et l’Oman. Parmi ces dernières 31 seulement ont été rapatriées comme l’indique le rapport du groupe parlementaire. « Cela prouve que le rapatriement est très difficile », affirme le président de la commission ayant la diplomatie dans ses attributions. Dans le même ordre d’idées, poursuit le sénateur Nsesema , "les informations qui nous parviennent indiquent que ce commerce gagne de plus en plus la sous-région". Il a appelé les familles qui envoient leurs filles pour étudier dans les pays voisins de suivre de près leurs enfants.

Que fait le gouvernement burundais ?

« Certaines filles burundaises et d’autres Etats de la région ont été victimes de traitement inhumain et trop dégradant dans certains pays du golf », a affirmé Alain Aimé Nyamitwe, ministre burundais ayant la coopération internationale dans ses missions. A la question des sénateurs de savoir ce qu’auraient fait les missions diplomatiques en Oman et en Arabie Saoudite, le ministre explique que les actions ont été coordonnées à celles du gouvernement.

« J’aimerais vous dire que notre représentation en Arabie Saoudite a fait un travail remarquable et continue à remplir ses missions dans la limite de ses moyens », a souligné le ministre Nyamitwe. Il a fait savoir que le Burundi a deux représentations dans ce pays dont l’une se charge de l’ensemble des pays du Golf. Alain Aimé Nyamitwe n’a pas manqué de louer le travail fait par la consule burundaise en Oman.

A la question d’obtention des documents, "c’est un droit à tout citoyen d’avoir un document de voyage quelque soit son âge" a répondu le ministre A. Nyamitwe Quant à l’existence d’une quelconque complicité des agents de la police de l’air, des frontières et des étrangers, PAFE, lors de la délivrance de ces documents de voyage, M. Nyamitwe trouve que seule une enquête pourrait déboucher à un résultat de preuve.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

173 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message