2011, année des violations massives des droits de l’homme




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 31 mars 2012  à 10 : 30 : 34
a

392 personnes ont été tuées en 2011 selon le rapport que la ligue Iteka, une association Burundaise pour la défense des droits de l’homme a rendu public ce jeudi devant les diplomates, les autorités politiques et les membres de la société civile à Bjumbura .

De la part du président de cette association, Joseph Ndayizeye, ces crimes ont choqué l’opinion nationale et internationale particulièrement les exactions extrajudiciaires dont ont été accusés les hommes en uniformes surtout.

Il y a eu tout un débat pendant cette période sur une probable naissance d’une rébellion suite à ces crimes qui étaient consommés à grande échelle et l’eau aura débordé la vase quand 39 personnes furent tuées à Gatumba de la part de ce défenseur des droits de l’homme.

L’année 2011 aura aussi été caractérisée par les détentions arbitraires car cette association a pu recenser 251 victimes.

Joseph Ndayizeye a parlé aussi de favoritisme dans l’accès aux réunions publiques pour les partis politiques. Selon lui, les partis politiques qui collaborent avec le pouvoir avaient facilement la permission de tenir les réunions mais l’opposition politique ont eu difficilement accès à tenir des réunions publiquement.

Les responsables de la société civile et les syndicats ont, pendant cette période, été dans le collimateur de la justice burundaise.

Au sud du pays en particulier les résidents et les rapatriés ont fait face aux problèmes de terre, des difficultés qui, selon Joseph Ndayizeye, restent d’actualité.

Pour ce représentant de la ligue Iteka, toutes ces violations des droits de l’homme ont des conséquences négatives sur la vie de la population du peuple Burundais.

L’Etat devrait entamer le dialogue et surtout accepter le débat contradictoire.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

540 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi





Les plus populaires
Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité,(popularité : 11 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 9 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 9 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 8 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 7 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 7 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 7 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 7 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 6 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 6 %)