Muyinga : Un papa brule son fils


Un garçon de 11 ans est hospitalisé a l’hôpital de référence de Muyinga depuis jeudi suite au supplice dont le présumé auteur est son père. L’enfant a été conduit de force a l’hôpital sur ordre des administratifs. Le père en question est au cachot de la police judiciaire de Gasorwe pour raisons d’enquête.



Par: Isanganiro , lundi 24 avril 2017  à 10 : 04 : 33
a

Il s’appelle Eric Tuyizere, il a été admis à l’hôpital de Muyinga depuis jeudi 20 Avril . Ce garçon de 11 ans a du mal à soulever son bras droit. Le dessus du bras présente une dégradation des tissus cutanés conséquemment à un contact avec le feu. « Mon père m’infligeait une punition, à cote des bastonnades, il m’a jeté dans le feu », murmure le jeune garçon sur son lit d’hôpital. Pour quelle raison cet enfant a subi un tel châtiment, difficile d’avoir la réponse, rétorque sa marâtre et garde malade pour le moment. « Nous étions partis travailler dans le champ, Eric est resté seul à la maison, mes propres enfants étaient a l’école », ajoute-t-elle, faisant semblant de ne pas reconnaître que c’est le père qui brule son fils.

L’autorité locale est intervenue

Il y a une semaine l’enfant a été brulé mais les parents l’ont secrètement gardé à la maison sur leur colline de JANI, commune Gasorwe. « Nous avons acheté des médicaments à la pharmacie », déclare sa marâtre. Les voisins qui ont eu écho de la nouvelle choquante ont saisi l’administration locale .Jeudi, sur ordre de l’administration, des volontaires ont fait irruption dans la famille de la victime prise de force et acheminée à l’hôpital. Il est arrivé à l’hôpital alors que sa peau très douloureuse commençait à suinter.

Le père présumé auteur de ce crime a été à son tour conduit au cachot de la police judiciaire de Gasorwe. « La grande préoccupation de l’administration a été de faire soigner d’urgence cet enfant », a-t-on appris de Sylvain Misago , Conseiller technique de l’Administrateur de la Commune Gasorwe en matière sociale.

Il y a un mois, une fillette de la même commune sur la colline Bihogo avait été brulé sur les jambes par sa patronne sous prétexte qu’elle avait cuit une petit quantité de riz a l’insu de son employeur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

258 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Il est libre après une semaine de détention en RD Congo



a

Week end Sécurité : Le bilan s’alourdit du jour le Jour



a

Bururi : Commémoration de vingt ans après les massacres des 40 séminaristes de Buta



a

Bubanza : Le retour des femmes /hommes adeptes d’Eusebie crée de remous dans les familles de Musigati



a

Le trafic des êtres humains inquiète les sénateurs burundais



a

GATUMBA : Les Familles des personnes enlevées dans le désespoir



a

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi



a

Un homme tué et deux blessés, le bilan amer de la nuit de dimanche à lundi à Bubanza



a

Le Burundi déclare une épidémie de Paludisme



a

Gihanga : Les cultivateurs aux prises avec les éleveurs





Les plus populaires
Burundi : Il est libre après une semaine de détention en RD Congo ,(popularité : 6 %)

Expulsion de Pasteur Sosthène Serukiza ; L’Intérieur donne les raisons ,(popularité : 3 %)

Nkurunziza appelle au calme et à l’arrestation des assassins du Général Nshimirimana,(popularité : 3 %)

Zénon Ndaruvukanye échappe à un attentat, plusieurs armes saisies ,(popularité : 3 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 2 %)

Muyinga/Un représentant du MSD tabassé par les imbonerakure ,(popularité : 2 %)

Pas de présence rebelle en province Rumonge, dit le Commissaire provincial de police,(popularité : 2 %)

Burambi : De violents combats,(popularité : 2 %)

Un homme tué et deux blessés, le bilan amer de la nuit de dimanche à lundi à Bubanza,(popularité : 2 %)

Pas facile de stabiiliser l’Afrique centrale,(popularité : 2 %)