Muyinga : Les enseignants viennent en aide aux vulnérables.


Mille ménages de vulnérables de la Commune Gashoho ont eu une assistance en vivres de la part des organisations des syndicats des enseignants. Pour les leaders de ces syndicats, l’esprit de solidarité doit aussi être la marque des syndicats jusqu’ici généralement qui ne sont connus que pour les grèves.



Par: Isanganiro , dimanche 30 avril 2017  à 20 : 22 : 38
a

La campagne de distribution des vivres aux vulnérables par les enseignants a été lancée ce vendredi en commune Gashoho. Dix tonnes de riz et dix tonnes d’haricots ont été départagés entre mille ménages de vulnérables. Chaque ménage reçoit dix kilos de riz et dix kg d’haricots. La distribution a eu lieu en présence des représentants nationaux de six syndicats d’enseignants.

Ces vivres ont été achetés grâce au fond alimenté par des retenues sur salaire de tous les enseignants du Burundi. Deux mille francs ont été retenus par mois depuis fin avril. Gilbert Nyawakira, président du syndicat des Travailleurs du Personnel de l’Enseignement Primaire(SYNAPEP), au nom de tous les leaders des syndicats d’enseignants, a signalé que la retenue sur les salaires a été sollicité par les enseignants eux même animés d’un esprit de solidarité. "Nous avons appris que certaines localités du pays ont été particulièrement frappées par les intempéries, par compassion avec d’autres Burundais, on s’est décidé à assister les plus vulnérables", précise ce syndicaliste. Au total dix mille ménages repartis dans 10 communes de huit provinces bénéficieront de cette aide. La valeur en monnaie n’est pas précisée sur place.

Geste très apprécié, pourtant le choix des bénéficiaires ne rassure pas tous

Au terrain de Muzingi, zone Gisanze Commune Gashoho, les bénéficiaires de l’aide, les administratifs ont salué cet acte des syndicats des enseignants. "Vingt kilogrammes de vivres dans un ménage permettront d’attendre avec assurance les récoltes de la saison culturale B", a-t-on appris de certains habitants de Muzingi. "Les représentants locaux des syndicats d’enseignants ont été associés dans le choix des bénéficiaires mais le gros du travail de sélection des vulnérables à assister a été effectué par les chefs de colline", justifie un syndicaliste devant un sexagénaire réclamant d’être aussi assiste.

Les administratifs à la base ont l’habitude de grignoter sur les aides destinées aux misérables titre d’exemple sur les cinq élus de la colline Gishambusha, quatre figureraient sur les listes des bénéficiaires de l’aide octroyée par les enseignants. Désire Bigirimana, Administrateur de la Commune Gashoho reconnaît que de telles tricheries arrivent mais affirme uniquement avoir mis en garde les administratifs à la base à cet effet. Pour certains enseignants, de tels administratifs devraient être sanctionnés pour que l’aide parvienne uniquement aux plus nécessiteux.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

242 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les sachets « nous tuent à petit feu »



a

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie



a

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard



a

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »



a

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi



a

8ème heure à l’école , une heure de trop



a

Rumonge : Un conflit foncier entre l’église anglicane et un particulier



a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs





Les plus populaires
Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 6 %)

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi,(popularité : 5 %)

Les sachets « nous tuent à petit feu »,(popularité : 4 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 4 %)

La cataire, un des moyens de lutte contre le paludisme ,(popularité : 3 %)

Biens immeubles de 1972 : La CNTB a du pain sur la planche,(popularité : 3 %)

Sept cas de choléra dans un mois à l’ETS Kamenge,(popularité : 3 %)

La réinsertion des rapatriés se cherche encore ,(popularité : 3 %)

L’absence de réglement académique à l’Université du Burundi est à la base de la grève,(popularité : 3 %)

Chicaneries entre la police et les commerçants,(popularité : 3 %)