L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi


Le Burundi compte mettre en place un observatoire national de lutte contre le génocide et d’autres crimes internationaux, un projet qui date de 2003 à nos jours. Le ministère de l’intérieur et d la formation patriotique justifie le projet de loi y relatif sur la table de l’assemblée nationale vient donc s’aligner et s’adapter à la Constitution qui régit actuellement la République du Burundi



Par: Isanganiro , mercredi 7 juin 2017  à 16 : 55 : 59
a

L’Observatoire National pour la prévention et l’éradication du génocide, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité est régi par la loi de Septembre 2003. Etait stipulé que cet organe anti génocide devrait être composé de 45 membres reconnus pour leur intégrité morale et l’intérêt qu’ils portent à la vie de la nation, particulièrement à la promotion et à la défense de la paix sociale, des droits de l’homme et de la justice.

D’amblée, l’article 274 de la Constitution en vigueur prévoit que l’Observatoire National a comme mission principale de suivre régulièrement l’évolution de la société burundaise du point de vue de la question du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité ; de prévenir et éradiquer les actes de génocide, les crimes de guerre et les autres crimes contre l’humanité ; de suggérer des mesures pour lutter efficacement contre l’impunité des crimes ; de promouvoir une législation contre le génocide, les crimes de guerre et les autres crimes contre l’humanité, et d’en suivre le strict respect ; de proposer des politiques et des mesures pour réhabiliter les victimes du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité ; de contribuer à la mise en œuvre d’un vaste programme de sensibilisation et d’éducation à la paix, à l’unité et à la réconciliation nationale.

Outre que l’Observatoire n’est plus fonctionnel depuis ce temps là, la loi qui le régit n’est plus adaptée à la Constitution en vigueur promulguée en Mars 2005, explique le ministère de l’intérieur. D’ors et déjà, le projet de loi mettant en place cet organe figure sur la liste des seize projets de loi qui seront visités et étudiés par l’Assemblée nationale burundaise au cours de ces trois mois de la session ordinaire de juin. Le ministère de l’intérieur, l’auteur de ce texte, explique que ledit projet vient donc s’aligner et s’adapter à la Constitution qui régit actuellement la République du Burundi.

Selon l’ancien Président Ntibantunganya, la mise en place de cet observatoire national avait tardé. Mais, redoute Ntibantunganya "il faut plus d’attention dans ces jour - ci pour pouvoir initier ce projet, il intervient au moment où le texte auquel on veut s’adapter fait objet de débat fondé sur la nécessité au non de revoir ce texte fondamental, la constitution en vigueur". A risque de déséquilibre, Sylvestre Ntibantunganya rappelle que la constitution prévoit d’autres conseils qu’il faut mettre en place. Il s’interroger à quand alors la mise en place de haute cours de la justice. Pour lui, la réussite de la mise en place de l’observatoire national chargé de lutter contre le génocide pourrait servir à résoudre la question de génocide qui ressurgit ces derniers jours et à dissiper la peur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

527 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les albinos demandent plus de protection



a

« Certains droits des métis burundo-européens ignorés »



a

Massacre des Banyamulenge : « 15 ans après, la communauté internationale s’est tue »



a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"





Les plus populaires
Burundi : Les albinos demandent plus de protection ,(popularité : 27 %)

« Certains droits des métis burundo-européens ignorés » ,(popularité : 12 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 10 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 8 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 7 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 7 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 7 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 7 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 6 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 6 %)