Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie


Faisant suite de la mise en application de la loi du Maire de la ville du moi d’octobre 2016 portant réglementation du stationnement en Marie de Bujumbura, une loi en vigueur pour le véhicules assurant le transport rémunéré ; dès ce lundi 19 juin, débute la perception des frais de stationnement pour d’autres véhicules à affaire promenade , une somme de 300f en raisin d’une heure.



Par: Isanganiro , lundi 19 juin 2017  à 14 : 13 : 11
a

Selon le conseiller principal du Maire de la Ville de Bujumbura, cette mesure rejoint le train en marche pour les véhicules du transport rémunéré. Dès ce lundi 19 Juin, les véhicules à affaire promenade qui seront stationnés dans les voies publiques vont désormais payer 300fbu en raison d’une heure. Ramadhan Nkurikiye donne aussi d’autres précisions : "A une heure supplémentaire, au premier prix du parking, le propriétaire aura à ajouter encore une somme de 300fbu ; un stationnement maximal de douze heures, le propriétaire de la voiture se retrouvera face un montant forfaitaire de deux milles de même qu’un abonnement mensuel pour ceux lui le désirent sera évalué à trente milles fbu", ajoute Ramadhan.

De cette nouvelle réglementation, les parkings qui se situent à l’intérieur des clôtures des différentes organisations privées, car explique Ramadhan Nkurikiye, sont exclus des véhicules de l’Etat, ne sont pas concernés. La taxation n’intéresse que les stationnements sur les voies publiques. Mais, précise -t-il, les grandes avenues des quartiers résidentiels en majorité bitumées ne sont pas écartées par la décision.

La mairie de Bujumbura appelle les propriétaires des véhicules à garder plus de vigilance dans le paiement. La collecte des frais de stationnement se fait par une équipe des agents de la Mairie de Bujumbura .’’ Il serait mieux de donner l’argent à un agent qui porte une identification de la Mairie de Bujumbura en autre une badge présentant un logo de la Mairie , détenant sur lui un ticket valeur", précise Ramadhan Nkurikiye, conseiller principal du Maire de la Ville de Bujumbura.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

320 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?





Les plus populaires
Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?,(popularité : 66 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption ,(popularité : 5 %)

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !,(popularité : 4 %)

Burundi : Revenue National Moyen par Habitant estimé à 280 $ en 2013,(popularité : 4 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 4 %)

Comment assoir une justice fiscale au Burundi ? ,(popularité : 3 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 3 %)

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018,(popularité : 3 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)