Bujumbura : Les habitants de Gisyo crient au secours


Un dépotoir non contrôlé situé au quartier Gisyo de la zone urbaine de Kanyosha est décrié par certains habitants .De l’autre coté, certaines familles vivent grâce a cette décharge. Bujumbura Cleaning Company promet d’enlever ces immondices en commun accord avec la Mairie.



Par: Isanganiro , mercredi 21 juin 2017  à 15 : 58 : 21
a

Ces déchets se trouvent au bord d’un ravin à partir duquel était extraite de la terre destinée à la construction de maisons. Une partie de ces déchets solides a été brulée, une odeur suffocante s’y dégage. Bien que fermé il y a une semaine, se site clandestin est une source de vie pour certains.

Pour la sexagénaire rencontrée entrain de tourner et retourner ces déchets avec un petit bâton dans la main a la recherche du charbon, ces déchets lui sont d’une grande utilité. Elle venait de rassembler du charbon dont le prix est estimé à 5000 fbu. Plus loin, une femme d’une quarantaine d’année porte un bébé sur le dos, elle cherche aussi du charbon. A coté d’elles, une autre femme, mère de trois enfants divorcée fait savoir que cette décharge est la source de revenus. Au lieu de voler, elle préfère ramasser de vieux habits jetés là ou acheter des cahiers et stylos pour ses enfants.

A la différence des trois premières, ces autres habitants parlent d’un risque d’ attraper des maladies. Cette mère de quatre enfants indique que des mouches se posent sur les ustensiles ou sur les effets des tout petits. Elle craint les maladies des mains sales. Ces habitants demandent que ces déchets soient enlevés vers des lieux destinés à cette fin.

Un espoir pour ces habitants

Bujumbura Cleanig Company est cette nouvelle société qui vient de signer une convention avec la Mairie de Bujumbura pour enlever tout déchet solide dans la capitale à destination de Buterere, une décharge publique reconnue mais non contrôlée et embellir la capitale. Selon le chargé des finances dans cette nouvelle compagnie, celle-ci vient faire la différence avec des sociétés qui s’étaient lancé dans ce genre de travail.

Kayoya Audace, indique en outre que ces dépotoirs clandestins tel que celui de Gisyo seront vidés en commun accord avec la Mairie du moment que ce sont d’autres compagnies qui les ont déposés dans ces différents endroits. BCC promet de rendre propre la capitale burundaise minée de saletés.

Reportage à Gisyo par Mireille Kanyange




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

211 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Un vendredi dédié à l’enseignant



a

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance



a

IGIRUBUNTU Thierry de retour chez lui



a

Deux syndicats du personnel soignant menacent d’entamer un mouvement de grève dans 14jours



a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi





Les plus populaires
Rumonge : Un vendredi dédié à l’enseignant ,(popularité : 22 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 15 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 4 %)

Euphrasie Barute, « persona non grata »,(popularité : 4 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 4 %)

Cibitoke : les syndicats des enseignants contre les contributions obligatoires ,(popularité : 4 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Cotonou : Des opportunités pour des étudiants burundais ,(popularité : 3 %)