Le Ministre de l’Intérieur appelle au rapatriement volontaire


Pascal Barandagiye, Ministre burundais de l’intérieur et de la formation patriotique, appelle aux burundais encore en exil de regagner le bercail. Il l’a dit ce jeudi 29 juin 2017 à Rumonge alors qu’il procédait au lancement de la distribution des attestations de reconnaissance de rapatriement aux burundais qui viennent de rentrer fraichement de l’exil.



Par: Isanganiro , jeudi 29 juin 2017  à 16 : 50 : 47
a

Selon le Ministre Barandagiye, les rapatriés qui avaient fui le Burundi en 2015 suite aux »rumeurs » de guerre et qui rentrent volontairement viennent sans carté d’identité. Ils ont pour cela besoin d’un autre document pouvant permettre leur identification ; raison pour laquelle le gouvernement a pensé à doter à ces rapatriés volontaires et spontanés d’une attestation de reconnaissance de rapatriement à chacun.

C’est en effet cette attestation qui servira aux élèves de regagner facilement l’école, aux nouveaux venus d’être identifiés par l’administration locale et d’être assistés. Cette attestation aide aussi aux fonctionnaires de réintégrer leurs services. Elle permet également à l’Etat de connaitre avec précision le nombre de rapatriés et leur préparer une réintégration socio-économique, a martelé le Ministre burundais de l’intérieur et de la formation patriotique.

Pascal Barandagiye a remis, en plus de cette attestation, 10kg de riz en guise de soutien à ces rapatriés de la commune Rumonge déjà enregistrés avant de leur demander d’envoyer des messages à leurs compatriotes encore en exil de renter car, selon cette autorité, la paix règne partout sur le territoire burundais.

Cette opération concerne 8 communes burundaises qui sont sur les frontières et qui accueillent un grand flux de rapatriés. Elle avait débuté dans une commune de la province de Ruyigi mais elle est à refaire car les autorités locales l’avaient mal organisée, a-t-on appris de madame Gloriose Berahino, directrice générale chargée du rapatriement qui informe que le ministère de l’intérieur recensait déjà 156032 rapatriés le 31 mars 2017 parmi ceux ayant fui le Burundi à partir de 2015.

Selon Célestin Nitanga, administrateur de Rumonge, cette commune a déjà accueilli plus de 3000 personnes volontairement rapatriées réparties dans 400 ménages, soit 95% de ceux qui ont fui cette commune à partir du mois d’avril 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

120 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs



a

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille



a

Burundi : les autodidactes à l’Exetat doivent contribuer à leurs prises en charge



a

Désormais une somme 50 mille fbu sera exigée pour être candidat autodidacte à l’Examen d’Etat



a

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables



a

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi



a

Muyinga : Des propriétaires des termitières grignotent sur les moustiquaires



a

Rumonge : Célébration de la journée internationale de l’enseignant





Les plus populaires
Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 25 %)

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 6 %)

Kirundo/Des enseignants exilés, la DPE compte recourir aux volontaires,(popularité : 4 %)

Région des Grands Lacs : Un peuple blessé dans le besoin de guérison,(popularité : 4 %)

Les étudiants se font justice ,(popularité : 3 %)

Le chef a dit, la grève prend de l’ampleur ,(popularité : 3 %)

Les Batwa : Indépendants certes, mais victimes de défis aussi ,(popularité : 3 %)

La société civile et la mairie de Bujumbura à couteau tiré ,(popularité : 3 %)

Abbé Ntabona Adrien : « Briller par la capacité et non par le sourire »,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)