Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes


Les infirmiers de l’Hôpital Roi Khaled ont suspendu les activités pendant 2 heures ce Jeudi. Ils voulaient dénoncer les absences répétitives des médecins spécialistes pendant les heures de garde de nuit. Une mère enceinte a tardé à recevoir les soins pendant la nuit du 28 Juin. Son bébé est mort.



Par: Isanganiro , vendredi 30 juin 2017  à 18 : 24 : 29
a

Le médecin spécialiste qui devrait assurer les soins de cette femme enceinte n’était pas au travail dans la nuit de ce mercredi. Les infirmiers disent qu’il s’agit d’un problème répétitif pour tous les médecins spécialistes. Au cours d’une conférence de presse, le directeur de l’hôpital roi Khaled a reconnu cette erreur. « Ce médecin n’était pas sur le lieu du travail, il sera sanctionné », a dit le Docteur Pontien Ndabashinze.

Le chef du service de gynécologie Dr Sylvestre Bazikamwe explique plutôt que la mort de ce bébé n’a pas été causée par l’absence de ce médecin. Dr Bazikamwe dit qu’il s’agissait d’une maman qui avait une grossesse de 7 mois, avec une maladie hypertensive.

Il dit que dans tel cas quand on fait immédiatement la césarienne, l’enfant ne peut pas survivre à cause des complications qui le guettent. « Si c’était un enfant de 9 mois, il aurait été facile de lui faire une césarienne et de sortir l’enfant ». Pour prendre en charge de tel cas, dit Dr Bazikamwe, on n’a pas besoin des spécialistes. Pour le cas de cette femme, il dit que le retard dans sa prise en charge a été du par un personnel insuffisant.

Le directeur de l’hôpital roi Khaled assure néanmoins que ce problème ne va plus se reproduire. Le médecin qui devrait assure la garde sera sanctionné tandis que cette patiente a aussi droit à saisir les instances habiletés, a souligné le Docteur Pontien Ndabashinze.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

208 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année



a

Burundi /SOS : Bonne guérison à Jonathan



a

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise



a

Bubanza : Quatre morts de cholera à kagwema.



a

Burundi : Retour aux comptes gouttes des refugiés burundais en provenance de la Tanzanie



a

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba



a

Burundi : "Jeunesse, Ainsi la Vie est Belle mais pas Toujours Rose", estime un Jeune A .Machado



a

Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles



a

Rumonge : Les associations encadrés par FVS-Amade Burundi assistent les enfants orphelins et vulnérables





Les plus populaires
Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme ,(popularité : 28 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 4 %)

Désiré Niyondiko n’est plus,(popularité : 3 %)

Le fond logement pour enseignants en difficultés financières,(popularité : 2 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 2 %)

Des changements s’observent après que le centre URUMURI de Gitega ait été cédé à l’hôpital Régional,(popularité : 2 %)

Businde : Une autre Zebiya deuxième génération ,(popularité : 2 %)

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba,(popularité : 2 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 2 %)