Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi


Si les commerçants de l’intérieur du pays ne sont servis en dollars américains, ce n’est pas question d’éloignement de la Banque Centrale mais c’est question de manque de ces devises au Burundi. Cyrille Sigejeje, Administrateur Directeur Général de la Banque de Gestion et de Financement l’a déclaré ce jeudi 3 aout 2017 à Rumonge lors d’une rencontre des banquiers et des commerçants du sud du Burundi.



Par: Isanganiro , dimanche 6 août 2017  à 09 : 54 : 56
a

Dans leurs interventions, les commerçants du sud du Burundi ont exprimé leur besoin en dollars américains comme leurs confrères de la capitale Bujumbura. Ils ont affirmé échanger souvent avec les commerçants de Bujumbura et que ces derniers leur disent qu’ils obtiennent facilement de la Banque Centrale ou des autres Banques ayant des sièges à Bujumbura.

Un surnommé Maborogo, commerçant de Rumonge a démontré que cela les rend incompétitifs face à leur confrères de Bujumbura qui obtiennent le dollar à 1600fbu au moment ou ceux de l’intérieur se rabattent au marché noir ou ils achètent le dollar à 2600fbu. Pour lui, mêmes les banques de l’intérieur devraient en disposer pour les rendre disponibles aux nécessiteux.

A ce sujet, Cyrille Sigejeje, Administrateur Directeur Général de la Banque de Gestion et de Financement n’est pas allé par quatre chemins : « Je vous dis la vérité, les dollars américains manquent cruellement au Burundi et partant dans les banques. Les quelques billets disponibles sont affectés dans les secteurs du carburant et des médicaments ». Si donc, les commerçants de l’intérieur n’en bénéficient pas, c’est plutôt parce qu’ils n’opèrent pas dans ces secteurs clés de la vie nationale que leur éloignement de Bujumbura, a conclu ce banquier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

298 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits



a

Burundi : Le café de Kayanza et Ngozi rafle la coupe d’excellence



a

Muyinga : Vers la régionalisation agricole



a

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté



a

Bujumbura : La gare du Nord migre vers le marché Ngagara 2



a

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura



a

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie



a

Lycée Kiremba-Sud : Finie l’obscurité



a

Muyinga : Les coopératives des caféiculteurs priment les femmes



a

L’endettement intérieur de l’Etat burundais inquiète la PARCEM





Les plus populaires
Burundi : Les institutions financières reconnaissent le manque de billets verts au Burundi,(popularité : 7 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 6 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

Bujumbura, tout véhicule sous l’œil de la Mairie ,(popularité : 2 %)

Burundi : Certains agents de banque accusés de corruption dans l’octroi des crédits,(popularité : 2 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 2 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Muyinga : Les coopératives des caféiculteurs priment les femmes,(popularité : 2 %)

Bujumbura : La gare du Nord migre vers le marché Ngagara 2 ,(popularité : 2 %)