Le service de Radiologie au point mort à l’hôpital public de Rumonge


Tous les examens faisant intervenir la Radio ne sont plus possibles à l’hôpital public de Rumonge depuis bientôt plus d’une semaine. Les patients se lamentent au moment ou le Directeur de cet hôpital informe qu’il s’agit d’une conséquence de la faiblesse de l’intensité du courant électrique leur fourni.



Par: Isanganiro , mercredi 23 août 2017  à 11 : 57 : 47
a

Certains parmi les patients qui sollicitent des examens au service Radiologie à l’hôpital public de Rumonge fréquentent cet établissement sanitaire depuis bientôt plus d’une semaine et rentrent bredouilles. D’autres font faire des examens chez des privés qui sont chers par rapport au public, d’autres encore attendent que la Radio fonctionne étant chez eux.

Certains de ces patients disent que les manipulateurs de ladite radio leur expliquent qu’il n’y a pas de courant électrique pour faire fonctionner cet appareil, une explication qui n’arrive pas à les convaincre en voyant des lampes utilisant le courant électrique allumées dans le même compartiment.

Docteur Jérôme Sinkibashikako, médecin directeur de cet hôpital, dit que la Radio est bel et bien en bon état. Il indique cependant que le courant électrique fourni par la Regideso est d’une faible intensité pour pouvoir actionner cette radio. Il demande à toute personne capable de doter cet hôpital un transformateur propre à lui. Cela permettrait à cet hôpital d’avoir du courant électrique pouvant faire fonctionner la radio et d’autres appareils actuellement presque au repos.

Le programme « Amagara meza » qui était financé par l’Union Européenne et qui avait promis cette installation a suspendu ses activités avant que ce transformateur ne soit installé.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

79 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Santé : Manque de devises, pas de médicaments



a

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt



a

Education : Des portes d’entrée grandement ouvertes aux mastères



a

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places





Les plus populaires
Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge,(popularité : 15 %)

SRDI s’engage à dénouer la crise au sein des groupements des riziculteurs de Gihanga,(popularité : 11 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 11 %)

La Société civile réclame la libération de Faustin Ndikumana et la transparence dans les recrutements ,(popularité : 10 %)

A quand la rentrée scolaire 2015-2016 ?,(popularité : 5 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 4 %)

Dossier des armes : Des signatures pour exiger des enquetes indépendantes,(popularité : 4 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 4 %)

SOS : La vie de James en danger,(popularité : 3 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 3 %)