Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle


Le ministre des transports, des travaux publics et de l’équipement demande au directeur général de l’OTRACO de sursoir à la mise en application des nouveaux tarifs de contrôle technique en attendant que le dossier y relatif soit bien analysé et approfondi.



Par: Isanganiro , vendredi 25 août 2017  à 16 : 33 : 39
a

Dans une correspondance adressée au concerné ce jeudi , Jean Bosco Ntunzwenimana, ministre des transports demande au directeur général de l’Otraco de préparer minutieusement ce dossier en se basant sur les équipements à la disposition de l’Otraco et à la qualité des services rendus aux bénéficiaires. En attendant que le dossier fasse objet d’analyse au conseil des ministres, le ministre des transports, demande au directeur général de l’OTRACO de sursoir à la mise en application des nouveaux tarifs de contrôle technique a tenu à préciser le ministre des transports.

De quoi réjouir la population burundaise

Du cote de l’Olucome, l’on trouve non fondées les raisons qui ont été avancée par le Directeur Général de l’Otraco Albert Maniratanga. Celui -ci avait motivé ladite hausse des tarifs du contrôle technique par l’harmonisation avec ceux des autres pays de l’EAC. Gabriel Rufyiri, président de l’Olucome qui salue la décision du ministère des transports ignore ces raisons avancées. Même son de cloche des transports. Cette dernière catégorie qui affirme n’avoir pas été consultée avant la révision de ces tarifs avait déploré qu’une telle décision ne tenait pas compte de l’intérêt général de la population, une affirmation tenue en considération par l’association burundaise des consommateurs, Abuco. Noel Nkurunziza, le président qui rejette en bloc cette hausse avait précisé qu’une mesure passe outre la constitution du Burundi.

Du côté de l’office de transports en commun Otraco, les nouveaux tarifs de contrôle technique suspendus qui devaient s’appliquer à partir du 1er septembre prochain étaient répartis comme suit : voiture, jeep et camionnettes : 50 mille frbu ; les bus : 35 mille fr, un camion de 3 à 15 tonnes : 70 mille fr ; ceux de plus de 15 tonnes : 100 mille fr et la moto pour 10 mille frbu. Un compte à cet effet, avait été ouvert à la banque Bancobu à cet effet.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

482 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Le Japon porte secours aux victimes de la malnutrition de Kirundo



a

Bubanza : La distribution de carburant entachée d’irrégularités



a

Burundi : Du dégel « gelé »



a

Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe



a

Burundi : La Régideso face à la demande accrue d’eau et d’électricité



a

Bujumbura : arrestation de deux agents d’une agence de crypto-monnaie



a

Mwaro : les friands des avocats dans le spleen



a

Bururi -Rumonge : 8 « promoteurs » de grève des transporteurs arrêtés



a

ECONOMIE- Mwaro : une pénurie de mazout fait le bonheur des spéculateurs



a

Le prix du kilo de l’huile de palme grimpe





Les plus populaires
Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 14 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 13 %)

Burundi : Le Japon porte secours aux victimes de la malnutrition de Kirundo ,(popularité : 12 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 11 %)

Des véhicules de l’armée, de la police, des ONG, des ambulances dans la fraude ,(popularité : 10 %)

Rumonge : Le site des eaux thermales de Mugara peu fréquenté,(popularité : 10 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 10 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 10 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 10 %)

Turkish Airline au Burundi bientot,(popularité : 10 %)