Burundi : Le parti FNL prêt pour le financement des élections de 2020 au Burundi


Le parti FNL est prêt à contribuer dans le financement des élections de 2020 au Burundi. Jeanne Ndimubandi, Secrétaire Général de ce parti l’a annoncé ce samedi 26 aout 2017 à Rumonge dans une rencontre avec les membres de ce parti venus des différentes communes de la province Rumonge.



Par: Isanganiro , lundi 28 août 2017  à 19 : 20 : 00
a

Selon Jeanne Ndimubandi, Secrétaire Générale du parti FNL, que les Banamarimwe (militants du parti FNL) soient rassurés : les élections de 2020 auront bel et bien lieu au Burundi sans passer par un gouvernement de transition comme le préconisent certains politiciens. Elle explique que la paix et la sécurité règnent au Burundi et que les politiciens en exil qui propagent des informations selon lesquelles les droits de l’homme sont bafoués et qu’il y a l’insécurité qui pourraient gêner des élections libres, crédibles et transparentes, ne cherchent que des fonds pour leur survie mais aussi détourner l’attention des électeurs.

Pour Jeanne Ndimubandi, les conditions pour le déroulement de très bonnes élections de 2020 au Burundi sont réunis et le parti FNL soutient le financement de ces élections par les burundais eux-mêmes, appelant ainsi au Banamarimwe de Rumonge de contribuer massivement au moment venu et cela pour leur propre intérêt.

Mais bien avant cela, Jeanne Ndimubandi les appelle à s,y préparer déjà, porte à porte. Cependant, ce dirigeant du FNL a déploré que les organes de ce parti ne sont pas encore implantés jusqu’au niveau zonal, après avoir constaté que des 6 zones que compte la commune Rumonge par exemple, une seule avait un représentant dans cette réunion tenue au bar Nirvana du quartier Birimba dans la ville de Rumonge l’après midi de ce samedi 26 aout 2017.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

189 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des controverses sur la campagne de sensibilisation sur les articles amendés dans la constitution



a

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?



a

Le groupe parlementaire d’Amizero y’Abarundi fustige les arrestations de leurs membres



a

Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005



a

Burundi-sécurité : le ministère de l’intérieur minimise les menaces liées à la sécurité du président de la coalition Amizero y’abarundi



a

Minago : 14 ans après l’assassinat d’un Nonce apostolique



a

Le Burundi attend des clarifications sur l’élection du président de l’EALA



a

Des présidents africains appréciés par l’Institut Mandela basé en France



a

Le CNC suspend le directeur des publications du Journal en ligne Igihe



a

Burundi décide de fermer certaines de ses ambassades en début de l’année 2018 à commencer par Norvege





Les plus populaires
Burundi-sécurité : le ministère de l’intérieur minimise les menaces liées à la sécurité du président de la coalition Amizero y’abarundi,(popularité : 11 %)

Des controverses sur la campagne de sensibilisation sur les articles amendés dans la constitution,(popularité : 4 %)

‘’L’école fondamentale commence au début de l’année scolaire’’ ,(popularité : 4 %)

’’Encore des lois limitatrices des libertés publiques’’ ,(popularité : 4 %)

Une presse libre, est elle du souhait du parlement ? ,(popularité : 3 %)

De quoi accouchera la conférence de Genève ?,(popularité : 3 %)

CNTB : « Le virus Sérapion » dérange, l’Uprona réclame sa thérapie ,(popularité : 3 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 3 %)

La CENI propose la révision du code électoral de 2010 pour 2015 ,(popularité : 3 %)

La société civile dans le collimateur du conseil national de sécurité ,(popularité : 3 %)