Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles


Certains enseignants redéployés à partir de Rumonge se lamentent qu’il leur sera difficile de prester à leurs nouvelles affectations sans logement. Mis à part ce risque de dislocation des ménages, ils dénoncent des cas de tricheries. Du coté syndical, l’on informe que ces tricheries intervenues après sont imputables à la commission nationale de redéploiement.



Par: Isanganiro , mardi 29 août 2017  à 09 : 54 : 42
a

Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles
Certains enseignants redéployés à partir de Rumonge se lamentent qu’il leur sera difficile de prester à leurs nouvelles affectations sans logement. Mis à part ce risque de dislocation des ménages, ils dénoncent des cas de tricheries. Du coté syndical, l’on informe que ces tricheries intervenues après sont imputables à la commission nationale de redéploiement.

Après l’affichage ce samedi 26 aout 2017 des listes de nouvelles affectations des enseignants redéployés de la commune Rumonge, des listes affichées sur les fenêtres du bureau abritant la Direction communale de l’enseignement, les lamentations fusent de partout.

Certains enseignants redéployés disent qu’ils ont été affectés dans des lieux inaccessibles et sans logements. Ils se demandent comment ils pourront prester en rentrant dans la ville de Rumonge où ils sont parvenus à se construire leurs premiers logements.

D’autres redoutent déjà la dislocation des ménages au moment où d’autres dénoncent le favoritisme et le clientélisme dans cette nouvelle affectation qui s’est passée de certains enseignants pourtant candidats au redéploiement et cela dans la plus grande discrétion, ce qui laisse penser à des pots de vin.

Sur ce dernier cas, Innocent Nsabiyumva, directeur communal de l’enseignement à Rumonge se garde de tout commentaire, arguant qu’il n’a affiché que des listes telles qu’il les avait reçues. De son coté, Egide Niyonsaba, représentant provincial du syndicat CONAPES à Rumonge et qui était membre de la commission provinciale de redéploiement, informe que la réponse à cette interrogation est à chercher au niveau de la commission nationale de redéploiement qui n’a pas associé, du moins dans cette nouvelle affectation, les représentants provinciaux des syndicats.

Des sources syndicales indiquent que certains enseignants ont été précipitamment nommés représentants syndicaux pour échapper à ce redéploiement auquel ils étaient candidats.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

90 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Un vendredi dédié à l’enseignant



a

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance



a

IGIRUBUNTU Thierry de retour chez lui



a

Deux syndicats du personnel soignant menacent d’entamer un mouvement de grève dans 14jours



a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi





Les plus populaires
Rumonge : Un vendredi dédié à l’enseignant ,(popularité : 20 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 13 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 4 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 3 %)

Euphrasie Barute, « persona non grata »,(popularité : 3 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 3 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 3 %)

Cibitoke : les syndicats des enseignants contre les contributions obligatoires ,(popularité : 3 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 3 %)

Cotonou : Des opportunités pour des étudiants burundais ,(popularité : 3 %)