Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles


Certains enseignants redéployés à partir de Rumonge se lamentent qu’il leur sera difficile de prester à leurs nouvelles affectations sans logement. Mis à part ce risque de dislocation des ménages, ils dénoncent des cas de tricheries. Du coté syndical, l’on informe que ces tricheries intervenues après sont imputables à la commission nationale de redéploiement.



Par: Isanganiro , mardi 29 août 2017  à 09 : 54 : 42
a

Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles
Certains enseignants redéployés à partir de Rumonge se lamentent qu’il leur sera difficile de prester à leurs nouvelles affectations sans logement. Mis à part ce risque de dislocation des ménages, ils dénoncent des cas de tricheries. Du coté syndical, l’on informe que ces tricheries intervenues après sont imputables à la commission nationale de redéploiement.

Après l’affichage ce samedi 26 aout 2017 des listes de nouvelles affectations des enseignants redéployés de la commune Rumonge, des listes affichées sur les fenêtres du bureau abritant la Direction communale de l’enseignement, les lamentations fusent de partout.

Certains enseignants redéployés disent qu’ils ont été affectés dans des lieux inaccessibles et sans logements. Ils se demandent comment ils pourront prester en rentrant dans la ville de Rumonge où ils sont parvenus à se construire leurs premiers logements.

D’autres redoutent déjà la dislocation des ménages au moment où d’autres dénoncent le favoritisme et le clientélisme dans cette nouvelle affectation qui s’est passée de certains enseignants pourtant candidats au redéploiement et cela dans la plus grande discrétion, ce qui laisse penser à des pots de vin.

Sur ce dernier cas, Innocent Nsabiyumva, directeur communal de l’enseignement à Rumonge se garde de tout commentaire, arguant qu’il n’a affiché que des listes telles qu’il les avait reçues. De son coté, Egide Niyonsaba, représentant provincial du syndicat CONAPES à Rumonge et qui était membre de la commission provinciale de redéploiement, informe que la réponse à cette interrogation est à chercher au niveau de la commission nationale de redéploiement qui n’a pas associé, du moins dans cette nouvelle affectation, les représentants provinciaux des syndicats.

Des sources syndicales indiquent que certains enseignants ont été précipitamment nommés représentants syndicaux pour échapper à ce redéploiement auquel ils étaient candidats.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

101 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante



a

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale



a

Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats



a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Santé : Manque de devises, pas de médicaments





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 9 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 4 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 3 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 3 %)

Le Centre "URUMURI" remis à l’hôpital de Gitega,(popularité : 3 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 3 %)

Hôpital Gihanga : activités presque paralysées suite au manque d’électricité ,(popularité : 3 %)

Une prochaine guerre que nous devons combattre tous : celle d’ordre économique,(popularité : 2 %)

Crainte autour de la réhabilitation du centre de santé de Bwiza ,(popularité : 2 %)