Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba


L’année scolaire qui débute lundi 11 Septembre est une occasion spéciale est douteuse pour les élèves des établissements secondaires qui abritent des écoles d’excellence. Le ministère de l’éducation décide que ces établissements vont accueillir seulement les élèves de cette nouvelle catégorie, une décision communiquée en premier lieux aux enseignants, aux parents et aux élèves du Lycée de Makamba mardi 5 septembre 2017.



Par: Isanganiro , jeudi 7 septembre 2017  à 11 : 30 : 33
a

Dès le début de l’année scolaire 2017-2018, le lycée Makamba n’accueillera que les élèves de l’école d’excellence. André Nininahazwe, Directeur du lycée Makamba l’a annoncé ce mardi 5 septembre 2017 dans la salle de spectacle de ce grand lycée que comptait la province Makamba. C’est là en effet que les personnels, les parents et les élèves s’étaient donné rendez-vous.

Les élèves qui faisaient les sections langues, Pédagogique, sciences et sciences sociales et humaines et qui avaient réussi l’année scolaire écoulée sont désormais orientés dans les mêmes sections au lycée Rutana en province Rutana alors que ceux qui faisaient les sections économique et informatique de gestion ont été réorientés au lycée Rutovu en province Bururi.

Le directeur du lycée Makamba a indiqué aux enseignants, parents et élèves présents que cela fait suite à une nouvelle orientation du Ministère ayant l’éducation dans ses attributions réservant les écoles qui avaient ouvert les 7èmes années de l’école d’excellence aux seuls élèves de cette école.

Le choix de Rutana et Rutovu a été motivé par le fait que ce sont des écoles les plus proches de Makamba et qui étaient des écoles pilotes dans l’enseignement post fondamental comme Makamba. Mais cela n’empêche que celui qui n’est pas satisfait introduise son recours ou tout simplement qu’il aille demander une place dans une école de son choix.

Ces ex-élèves du lycée Makamba surtout ceux des dernières années redoutent l’inadaptation à leurs nouvelles écoles d’affectation susceptible de leur causer un échec. S’agissant des redoublants surtout en 1ère Sc A, ils sont dans l’impasse étant donné que cette section n’existe pas dans les écoles de Makamba.

Au moment ou les parents d’élèves interrogés disent s’être résignés de payer cher cette nouvelle orientation de leurs enfants intervenue à la dernière minute, les enseignants qui ne seront pas retenus pour prester dans cette école d’excellence s’inquiètent de leur avenir.

Le directeur du lycée Makamba se veut rassurant : il espère qu’aucun enseignant ne sera redéployé en dehors de la commune Makamba .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

158 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les sachets « nous tuent à petit feu »



a

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie



a

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard



a

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »



a

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi



a

8ème heure à l’école , une heure de trop



a

Rumonge : Un conflit foncier entre l’église anglicane et un particulier



a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs





Les plus populaires
Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 6 %)

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi,(popularité : 5 %)

Les sachets « nous tuent à petit feu »,(popularité : 4 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 4 %)

La cataire, un des moyens de lutte contre le paludisme ,(popularité : 3 %)

Biens immeubles de 1972 : La CNTB a du pain sur la planche,(popularité : 3 %)

Sept cas de choléra dans un mois à l’ETS Kamenge,(popularité : 3 %)

La réinsertion des rapatriés se cherche encore ,(popularité : 3 %)

L’absence de réglement académique à l’Université du Burundi est à la base de la grève,(popularité : 3 %)

Chicaneries entre la police et les commerçants,(popularité : 3 %)