De la démocratie au Burundi, difficile d’en parler


Le 15 septembre de chaque année, le monde célèbre la journée internationale dédiée à la démocratie. Au Burundi, les acteurs de la vie politique pensent que le chemin est encore long pour la consolidation de la démos kratos malgré le pas déjà franchi.



Par: Isanganiro , vendredi 15 septembre 2017  à 15 : 46 : 39
a

Selon le Séc. Gén. du parti pour Union et le progrès national trouve que même si un pas a été franchi, une liste reste allongée pour consolider la démocratie au Burundi. A coté des élections, Olivier Nkurunziza dit que la justice, le respect des droits humains, les libertés d’expression et de réunion sont entre autres des aspects qui caractérisent la démocratie. « Là nous constatons qu’il y a quelque chose qui croche encore au Burundi », dit le secrétaire générale du parti de Rwagasore. Cet avis est partagé avec le président de l’ONG locale Parole et action pour le Changement de mentalité (Parcem), qui fait savoir que le respect de ces principes reste à désirer.

JPEG - 16.5 ko
Olivier Nkurunziza, SG/UPRONA

Pour l’Uprona, le respect des principes fondamentaux de la démocratie devrait s’enraciner dans les coutumes et le comportement des hommes politiques. Olivier Nkurunziza parle de la démocratie comme un processus. Il encourage le gouvernement du Burundi à créer un climat politique favorable à partir des angles ci-haut cités.

JPEG - 17.4 ko
Faustin Ndikumana/ President PARCEM

Faustin Ndikumana de son côté indique que la bonne gouvernance, la justice pour tous et le développement basé sur l’évolution de la société, sont les fruits de la démocratie. Certains dirigeants pensent que la démocratie se limite aux élections, déplore le président de l’ONG locale parole et action pour le Changement de mentalité.

Qu’en est-il de la démocratie au sein des formations politiques ?

Pour le secrétaire général de parti Uprona, certains dirigeants des partis politiques ne sont pas forcément le fruit du consensus. Le trafic d’influence, y est également pour quelque chose, explique le numéro deux de l’exécutif à l’Uprona. La tenue des primaires au sein des partis, serait à son avis la meilleure façon de renforcer la démocratie dans les organisations politiques, et partantes, dans la gestion futures des affaires publiques. Il dénonce le fait qu’il y a des partis qui sont dirigés, plusieurs années durant par une seule personne. « comment s’attendre à une alternance à la tête du pays, au moment où elle n’existe même pas au sein de certains partis » s’interroge M. Nkurunziza.

Le parti de Rwagasore trouve également que la crise de 2015 a eu comme impact la restriction de l’espace politique pour les partis qui, jusque-là étaient actifs sur la scène politique Burundaise. « La position de l’Uprona est qu’il faut une opposition responsable capable de dénoncer ce qui ne marche pas et reconnaitre des initiatives positives.

JPEG - 4.9 ko
Léonce Ngendakumana /V-Président FRODEBU

Le SahwanyaFrodebu lui, met en doute l’existence des partis politiques dignes de leur nom au Burundi. Léonce Ngendakumana l’explique par le fait que la société civile est quasi inexistante et que les partis politiques ont, dit-il, été scindés en ailes antagonistes et irréconciliables.

Difficile de parler de la démocratie dans les pays secoués par des crises répétitives

Léonce Ngendakumana vice-président du parti Sahwanya Frodebu pense que du sud au Nord de l’Afrique, il est difficile de parler de la démocratie à l’exception de la Tanzanie. « Dans les pays constamment en guerre la démocratie est pratiquement impossible », explique le vice-président du Frodebu. Il dénonce ce qu’il appelle solidarité négative des chefs d’Etats Africains qui, poursuit-il, cherchent par tous les moyens à s’éterniser au pouvoir.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

137 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’enrôlement des élécteurs à double vision



a

Des contributions "à gré" ou "pour se sauver "



a

Des controverses sur la campagne de sensibilisation sur les articles amendés dans la constitution



a

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?



a

Le groupe parlementaire d’Amizero y’Abarundi fustige les arrestations de leurs membres



a

Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005



a

Burundi-sécurité : le ministère de l’intérieur minimise les menaces liées à la sécurité du président de la coalition Amizero y’abarundi



a

Minago : 14 ans après l’assassinat d’un Nonce apostolique



a

Le Burundi attend des clarifications sur l’élection du président de l’EALA



a

Des présidents africains appréciés par l’Institut Mandela basé en France





Les plus populaires
L’enrôlement des élécteurs à double vision,(popularité : 62 %)

Des contributions "à gré" ou "pour se sauver ",(popularité : 49 %)

Burundi-sécurité : le ministère de l’intérieur minimise les menaces liées à la sécurité du président de la coalition Amizero y’abarundi,(popularité : 17 %)

« En matière diplomatique, le niveau de représentation est parfois une indication du niveau d’amitié et de respect mutuel »,(popularité : 5 %)

La manifestation anti-3è mandat : les femmes descendent dans les rues,(popularité : 5 %)

Le groupe parlementaire d’Amizero y’Abarundi fustige les arrestations de leurs membres ,(popularité : 4 %)

Burundi : les ONGs dans le collimateur du ministre de l’intérieur,(popularité : 3 %)

Le Frodebu plaide pour la mise en place de la Haute Cour de Justice au Burundi ,(popularité : 3 %)

Loi sur la presse : l’Eglise catholique plaide pour l’harmonisation des points de vue ,(popularité : 3 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 3 %)