Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme


Du 18 au 22 Septembre, la période de la campagne de distribution des moustiquaires imprégnée d’insecticides au Burundi. Près de 6.500.000 moustiquaires imprégnées d’insecticides seront distribués ; précise le ministère de tutelle, une activité qui était longtemps attendue par les détenteurs de bons trois mois durant.



Par: Isanganiro , lundi 18 septembre 2017  à 13 : 29 : 20
a

Selon le porte parole du ministère de la santé publique et de lutte contre le sida, c’est ce lundi 18 Septembre qu’a commencé dans tout le pays une campagne de distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action. Dr Thaddée Ndikumana précise que les lieux de distributions sont les centres de santé et d’autres places que les autorités locales auront à préciser.

A chaque bon qui a été délivré le ministère de la santé, précise Thaddée , correspond à un moustiquaire imprégnée. Selon ce ministère, les ménages qui n’ont plus de bons suite à une perte éventuelle, ils seront servis au cours de la dernière journée en présence d’un administratif à la base, martèle le porte parole Thaddée Ndikumana.

Selon ce ministre, près de 6.500.000 moustiquaires imprégnés seront distribués au cours de cette période du 18 au 22 Septembre ; une campagne qui est effectuée après que le ministère ait déclaré au début de cette année le paludisme comme étant une épidémie au Burundi. Les responsables de la santé demandent à la population bénéficiaire de ces moustiquaires de les utiliser pour couvrir leurs lits et de ne pas les écouler vers les marchés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

108 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète



a

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent



a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante



a

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale



a

Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats



a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit





Les plus populaires
Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 75 %)

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent,(popularité : 14 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 12 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 5 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 5 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 5 %)

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale,(popularité : 5 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 4 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 4 %)