Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme


Du 18 au 22 Septembre, la période de la campagne de distribution des moustiquaires imprégnée d’insecticides au Burundi. Près de 6.500.000 moustiquaires imprégnées d’insecticides seront distribués ; précise le ministère de tutelle, une activité qui était longtemps attendue par les détenteurs de bons trois mois durant.



Par: Isanganiro , lundi 18 septembre 2017  à 13 : 29 : 20
a

Selon le porte parole du ministère de la santé publique et de lutte contre le sida, c’est ce lundi 18 Septembre qu’a commencé dans tout le pays une campagne de distribution des moustiquaires imprégnées d’insecticides à longue durée d’action. Dr Thaddée Ndikumana précise que les lieux de distributions sont les centres de santé et d’autres places que les autorités locales auront à préciser.

A chaque bon qui a été délivré le ministère de la santé, précise Thaddée , correspond à un moustiquaire imprégnée. Selon ce ministère, les ménages qui n’ont plus de bons suite à une perte éventuelle, ils seront servis au cours de la dernière journée en présence d’un administratif à la base, martèle le porte parole Thaddée Ndikumana.

Selon ce ministre, près de 6.500.000 moustiquaires imprégnés seront distribués au cours de cette période du 18 au 22 Septembre ; une campagne qui est effectuée après que le ministère ait déclaré au début de cette année le paludisme comme étant une épidémie au Burundi. Les responsables de la santé demandent à la population bénéficiaire de ces moustiquaires de les utiliser pour couvrir leurs lits et de ne pas les écouler vers les marchés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

97 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi



a

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque



a

La surpopulation scolaire, quelle solution ?



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année



a

Burundi /SOS : Bonne guérison à Jonathan





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés. ,(popularité : 4 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 3 %)

Conflits fonciers : Réponse claire ou en langue de bois ? ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 3 %)

Les étudiants du département des sciences appliquées à l’ENS regagnent peu à peu les cours ,(popularité : 3 %)