Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique


Un contrat de fourniture d’électricité sur 10 ans entre Bujumbura et un homme d’affaire burundo-tanzanien a été signé. La centrale thermique fournira 30 mégawatts. Des réactions fusent.



Par: Isanganiro , mardi 19 septembre 2017  à 15 : 40 : 50
a

La nouvelle grille de tarification du courant électrique a été annoncée en fin de semaine dernière par le directeur général de la régie nationale de distribution de l’eau et de l’électricité. Jéroboam Nzikobanyanka précise qu’avec ce contrat avec le patron de la société Inter pétrole permettra aux burundais de la capitale comme ceux de l’intérieur d’avoir cette énergie 18h par jour.

Qui est cet homme d’affaire ?

Il s’appelle Taruku Bachir ; un opérateur privé, ayant le monopole d’importation des produits pétroliers à plus de 90 %. Il reçoit la quasi-totalité des devises de la banque centrale pour l’importation de l’or noir. Utilisant le corridor nord, voie routière reliant Bujumbura au port de Mwanza en Tanzanie passant par les provinces nord du Burundi ; les camions poids lourds de cet entrepreneur font l’essentiel de la circulation.

Un contrat sur 10 ans

Ce contrat est signé, dit le directeur général de la Regideso, pour pallier au problème de délestage, (façon de fournir l’électricité à tour de rôle) que vivent différents quartiers de la capitale ainsi que l’intérieur du pays depuis février de cette année). Ce manque est dû à la diminution de l’eau dans le principal barrage hydro électrique de Rwegura en province Kayanza, un barrage construit en 1980. Cette rotation dans l’approvisionnement en électricité paralyse les activités surtout dans les quartiers populaires, favorisant également le banditisme durant la nuit.

L’Observatoire burundais contre la corruption et les malversations économiques OLUCOME remet en doute les différentes promesses du pouvoir sur la construction d’au moins deux barrages hydroélectrique avec fin 2018 notamment le barrage de Jiji - Murembwe (49 mégawatts) et Kaburantwa (20 mégawatts). D’autres barrages sont partagés soit entre le Burundi, le Rwanda et la Tanzanie. De ces barrages, le Burundi bénéficiera respectivement 27 mégawatts et 49 mégawatts, avait annoncé Côme Manirakiza, ministre burundais de l’intérieur le 29 décembre 2015 à la chambre basse du parlement burundais. Promesses non tenues, regrette Rufyiri. Aujourd’ hui, le ministre Manirakiza explique l’échec par le désengagement des partenaires européens avec la crise de 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

149 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’UE accorde au Burundi un don de 95 millions d’Euro



a

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence



a

Muyinga : A quand la décentralisation promise ?



a

BURUNDI- Salubrité : Les services techniques municipaux asphyxiés par la Mairie de Bujumbura



a

La pénurie du carburant est de nouveau signalée en Mairie de Bujumbura



a

PARCEM s’interroge sur l’avenir des marchés réhabilités et la gestion de salubrité en Marie de Bujumbura



a

Gitega : Le manque criant du carburant de type essence limite la circulation



a

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne



a

Ruyigi : Remise des motopompes d’irrigation aux agriculteurs producteurs de semences en commune Gisuru.



a

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle





Les plus populaires
A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 18 %)

L’UE accorde au Burundi un don de 95 millions d’Euro,(popularité : 16 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 9 %)

Révision budgétaire au mois de juin suite manque des recettes ,(popularité : 3 %)

Une probable porte vers la corruption ,(popularité : 3 %)

Pourquoi la dévaluation de la monnaie ?,(popularité : 3 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 3 %)

L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique,(popularité : 3 %)

Burundi : Les talents informatiques locaux méconnus ,(popularité : 3 %)

Rumonge : Les motards dans l’attente de la reprise de leur activité,(popularité : 3 %)