PARCEM s’interroge sur l’avenir des marchés réhabilités et la gestion de salubrité en Marie de Bujumbura


Dans un point de presse organisé par l’ONG locale Parole et Action pour le Réveil des Consciences et l’Evolution des Mentalités PARCEM, Faustin Ndikumana demande à l’Etat d’apporter une lumière sur la réhabilitation des marchés non encore fonctionnels ainsi que l’ordre sur les parkings et la gestion des déchets non collectés par les Services Techniques Municipaux, SETEMU en mairie de Bujumbura.



Par: Isanganiro , lundi 25 septembre 2017  à 18 : 06 : 16
a

Les travaux de réhabilitation des marchés urbains ont été clôturés , il y a une certaine période. Le Maire avait promis que les premiers bénéficiaires sont les anciens occupants. "Il est incompréhensible ces marchés soient inaugurés urbains et restés jusqu’ici non fonctionnels", déplore Faustin Ndikumana. Pour ce numéro un de la PARCEM, les autorités de la Mairie devraient sortir de son silence pour plus de transparence pour justifier le blocage.

Faustin Ndikumana revient pour souligner que des irrégularités émaillent le processus de passation des marchés publics. Selon le président de la PARCEM, c’est étonnant que des impôts locatifs et fonciers soient prélevés aux citoyens mais de retour, les services restent non appréciables. Il ajoute que ce sont les droits des citoyens d’exiger des services de qualité et la transparence aux autorités.

Pour lui, un rapport de la bonne gouvernance a révélé que les SETEMU ont un problème financier lié aux impayées de la part de Mairie. « Quelle coopérative qui peut se prévaloir d’avoir de l’expertise et de l’équipement efficace en matière de la collecte des déchets ?", s’interroge Faustin Ndikumana qui ne trouve pas fondé la réponse du maire de confier la collecte des déchets aux coopératives privées !

Faustin Ndikumana , président de la PARCEM rappelle le gouvernement que c’est à lui de protéger l’intérêt des citoyens et à la justice de montrer ses capacités en frappant fort ceux qui négligent le devoir du citoyen ; en cas de besoin, appliquer des sanctions administratives, précise Ndikumana.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

208 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La nouvelle loi sur la pêche au centre des échanges



a

L’exposition Jua kali guvu kazi encore une fois à Bujumbura



a

Peres, éclaireur du développement sur Mayemba à Nyabiraba



a

Muyinga : Des centaines de pylônes en décomposition au centre de négoce en besoin d’électricité.



a

Exploitation du nickel de Musongati : toujours à la case départ



a

Burundi : Le maïs en disparition à Mwaro



a

La banque mondiale prête à financer le projet d’infrastructures de transport sur le Lac Tanganyika



a

Un budget général de l’Etat, financé à plus de 80% par les ressources internes



a

L’UE accorde au Burundi un don de 95 millions d’Euro



a

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence





Les plus populaires
A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : La nouvelle loi sur la pêche au centre des échanges,(popularité : 9 %)

L’exposition Jua kali guvu kazi encore une fois à Bujumbura,(popularité : 7 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 4 %)

Peres, éclaireur du développement sur Mayemba à Nyabiraba ,(popularité : 4 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 3 %)

SOSUMO : Le sucre produit en abondance mais reste insuffisant,(popularité : 3 %)

Un silence assourdissant de la BRB sur la dévaluation de la monnaie,(popularité : 3 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 3 %)

Le manque de devises à la BRB à l’origine de la dépréciation du Franc Burundais,(popularité : 3 %)