La surpopulation scolaire, quelle solution ?


Les effectifs d’enfants dans les salles de classe dans certaines écoles de la municipalité de Bujumbura posent problème. Le cas de l’école fondamentale Buterere en est l’exemple où un groupe scolaire est plus de 100 écoliers.



Par: Isanganiro , lundi 25 septembre 2017  à 18 : 20 : 55
a

Salama Nzeyimana enseignante à cette école en classe de 1ère fondamentale dit avoir une classe de plus de 115 élèves pour école à double vacation ; un autre groupe pouvant en avoir autant. Une situation embarrassante selon cette enseignante qui fait savoir que le suivi regulier des élèves dans des telles conditions devient problématique.

« La circulation dans les rangées est quasi impossible, ce qui implique un contrôle non efficient des travaux des enseignés. "Sur chaque banc pupitre s’asseyent à plus 3 écoliers", explique - t- elle. Difficile pour Salama de maitriser les noms de ses apprenants à la 3ème semaine de la rentrée. « Plus les effectifs sont élevés ; plus il est difficile de maitriser les noms », souligne l’enseignante.

Pour mieux écrire, les enfants sont parfois obligés de s’assoir par terre. Claudine Nkunzimana directrice de l’école plaide pour la construction de nouvelles salles de classe et de besoin, la construction d’autres infrastructures en vue de désengorger ledit établissement. « Je demanderais qu’on puisse construire une autre école, ce qui pourrait réduire le nombre élevé des apprenants », dit la directrice. Selon elle, l’afflux vers la zone de Buterere des ménages venus d’ailleurs, dont Buyenzi, serait une des causes de la surpopulation scolaire à cet établissement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

170 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs



a

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille



a

Burundi : les autodidactes à l’Exetat doivent contribuer à leurs prises en charge



a

Désormais une somme 50 mille fbu sera exigée pour être candidat autodidacte à l’Examen d’Etat



a

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables



a

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi



a

Muyinga : Des propriétaires des termitières grignotent sur les moustiquaires



a

Rumonge : Célébration de la journée internationale de l’enseignant





Les plus populaires
Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 19 %)

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 5 %)

Des solutions pour juguler la pénurie du sang,(popularité : 4 %)

La loi de la jungle se taille de l’espace à Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 3 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 3 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 3 %)

Ses adeptes dans les mains de la police ,(popularité : 3 %)

Burkina Faso : Deux jeunes dont un burundais inventent un savon anti malaria,(popularité : 3 %)

Le prix du sucre à la hausse,… vie chère ,(popularité : 3 %)