La surpopulation scolaire, quelle solution ?


Les effectifs d’enfants dans les salles de classe dans certaines écoles de la municipalité de Bujumbura posent problème. Le cas de l’école fondamentale Buterere en est l’exemple où un groupe scolaire est plus de 100 écoliers.



Par: Isanganiro , lundi 25 septembre 2017  à 18 : 20 : 55
a

Salama Nzeyimana enseignante à cette école en classe de 1ère fondamentale dit avoir une classe de plus de 115 élèves pour école à double vacation ; un autre groupe pouvant en avoir autant. Une situation embarrassante selon cette enseignante qui fait savoir que le suivi regulier des élèves dans des telles conditions devient problématique.

« La circulation dans les rangées est quasi impossible, ce qui implique un contrôle non efficient des travaux des enseignés. "Sur chaque banc pupitre s’asseyent à plus 3 écoliers", explique - t- elle. Difficile pour Salama de maitriser les noms de ses apprenants à la 3ème semaine de la rentrée. « Plus les effectifs sont élevés ; plus il est difficile de maitriser les noms », souligne l’enseignante.

Pour mieux écrire, les enfants sont parfois obligés de s’assoir par terre. Claudine Nkunzimana directrice de l’école plaide pour la construction de nouvelles salles de classe et de besoin, la construction d’autres infrastructures en vue de désengorger ledit établissement. « Je demanderais qu’on puisse construire une autre école, ce qui pourrait réduire le nombre élevé des apprenants », dit la directrice. Selon elle, l’afflux vers la zone de Buterere des ménages venus d’ailleurs, dont Buyenzi, serait une des causes de la surpopulation scolaire à cet établissement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

163 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi



a

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque



a

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année



a

Burundi /SOS : Bonne guérison à Jonathan





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés. ,(popularité : 4 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 3 %)

Conflits fonciers : Réponse claire ou en langue de bois ? ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 3 %)

Les étudiants du département des sciences appliquées à l’ENS regagnent peu à peu les cours ,(popularité : 3 %)