Suspension en cascade de certains médias par le CNC au Burundi


Le conseil National de communication, CNC retire depuis ce jeudi 28 Septembre l’autorisation d’exploitation aux 14 medias parmi lesquels quatre sont des stations télévisons détruites en 2015 et la Radio CCIB FM+ est suspendue pour une période de trois mois depuis le 2 Octobre pour avoir diffusé un édito jugé par cet organe hors la loi régissant de la presse au Burundi.



Par: Isanganiro , vendredi 29 septembre 2017  à 21 : 02 : 49
a

Compte tenu du communiqué du CNC, au terme d’une session ordinaire tenue en province Muyinga en date des 27 et 28 Septembre, la liste des stations radio et télévision dont leurs autorisations d’exploitation ont été retirées semble plus ou moins longue mais, justifie le CNC, pour des raisons diverses.

Par similarité, la première classe est constituée des medias qui restaient suspendus après être détruits en 2015. Il s’agit de la Radio Bonesha FM dont ses organes venaient d’être renouvelés pour une probable réouverture, la RPA et la Radio- Télévision Renaissance. Selon Aimée Divine Niyokwizigirwa, vice-présidente et porte-parole du CNC, ils sont accusés de n’avoir pas respecté leurs cahiers de charge et d’autres n’ayant pas réglé leurs dossiers judiciaires dans les délais donnés par le CNC.

Une telle décision touche également d’autres stations mort-nées. Il s’agit de la Radio Miguel, Citizen, Twitezimbere, Tugirubuntu, RTBF, Ijwi ry’Amahoro, R-T La vivante Ijwi ry’Impemburo, Télé dénommée Télé 10 Bdi, Télé Voix d’espoir et la Télévision distributeur dénommée MMDS. L’organe de régulation motive sa décision par le non démarrage des activités des médias selon le texte en vigueur.

Selon toujours ce communiqué, les décisions du CNC n’ont pas écarté la radio CCIB FM+. Elle sera sous silence pendant trois mois dès le 2 Octobre. Elle est accusée par cet organe d’avoir diffusé le contenu d’un éditorial le 18 Septembre, selon le CNC, contraire à l’éthique professionnelle et à la loi régissant la presse burundaise.
Pour le directeur de cette station, il s’agit d’une décision qui n’a pas suivi la procédure administrative. « Je suis surpris en même temps que vous qui étiez dans la salle par cette mesure. Personne de cet organe ne m’a pas contacté ni m’appelé au moins par téléphone pour cet éditorial qui parlait du silence du gouvernement burundais face aux massacres des burundais commis à Kamanyola en République Démocratique du Congo », déplore Eddy Claude Nininahanzwe, le directeur. Et de qualifier, Eddy Claude de verbale la décision du conseil national de communication car dit –il, « Je n’ai pas encore eu de copie de la suspension ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

171 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana



a

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura



a

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes



a

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien



a

Muyinga : Les juges restent au service des justiciables pendant les vacances judiciaires



a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un



a

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes



a

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines



a

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous





Les plus populaires
L’Aprodh déplore l’augmentation de prisonniers ces derniers jours suite aux tensions politiques ,(popularité : 6 %)

Comparution en audience publique des présumés putschistes,(popularité : 5 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 3 %)

Suspension en cascade de certains médias par le CNC au Burundi ,(popularité : 3 %)

Le parquet général de la république demande l’extradition de 4 journalistes burundais,(popularité : 3 %)

Les avocats rejettent les agents de la documentation comme témoins dans l’affaire Gatumba,(popularité : 3 %)

Justice pour Ernest Manirumva : La société civile au front ,(popularité : 3 %)

Les agresseurs de Yannick Nihangaza désormais entre perpétuité et pendaison ,(popularité : 3 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 3 %)

Burundi : Le journaliste Blaise Célestin NDIHOKUBWAYO toujours dans les mains de la documentation,(popularité : 3 %)