Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.


A l’occasion de la célébration de la journée internationale dédiée à l’habitat, célébrée le 3 Octobre de chaque année, la Radio Isanganiro s’est rendu dans la zone Buterere. La population de la Kiyange demande une assistance pour avoir un logement convenable.



Par: Isanganiro , mardi 3 octobre 2017  à 18 : 02 : 33
a

Au quartier Kiyange II à la 8eme avenue dans la zone Buterere de la commune urbaine de Ntahangwa au domicile numéro 5 habite Jeannette Sindayihebura. Cette mère de six enfants vit dans une maisonnette d’une seule petite chambre et le salon. En plus d’être étroite, sa hutte comprend des fissures et elle est au pont de s’effondrer. Cette famille dort à même le sol sur des nattes déchirées et sans couverture. Sindayihebura indique qu’elle trouve à peine de quoi manger et à nourrir ses six enfants.

‘Je vois souvent des associations des humanitaires qui passent ici et je me suis fait enregistrer plusieurs fois mais personne n’est revenu pour m’apporter une aide’, déplore Jeannette Sindayihebura. ‘Je demande que je sois assistée ; la vie est difficile, mon mari m’a quitté’, insiste-t-elle complètement déboussolée.

A quelques mètres se trouve la résidence d’une vieille femme de plus de 80 ans. Elle habite dans une maison dont la toiture est trouée. Cette octogénaire fait savoir qu’elle habite dans une même maison, malgré son exiguïté, avec ses petits enfants dont sa petite fille mariée.

Ces habitants demandent qu’on leur vienne en aide avant le début de la saison pluvieuse. Ils redoutent que la situation se détériore pendant la saison des pluies.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

70 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi



a

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque



a

La surpopulation scolaire, quelle solution ?



a

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année



a

Burundi /SOS : Bonne guérison à Jonathan





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés. ,(popularité : 4 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 3 %)

Conflits fonciers : Réponse claire ou en langue de bois ? ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 3 %)

Les étudiants du département des sciences appliquées à l’ENS regagnent peu à peu les cours ,(popularité : 3 %)