Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.


A l’occasion de la célébration de la journée internationale dédiée à l’habitat, célébrée le 3 Octobre de chaque année, la Radio Isanganiro s’est rendu dans la zone Buterere. La population de la Kiyange demande une assistance pour avoir un logement convenable.



Par: Isanganiro , mardi 3 octobre 2017  à 18 : 02 : 33
a

Au quartier Kiyange II à la 8eme avenue dans la zone Buterere de la commune urbaine de Ntahangwa au domicile numéro 5 habite Jeannette Sindayihebura. Cette mère de six enfants vit dans une maisonnette d’une seule petite chambre et le salon. En plus d’être étroite, sa hutte comprend des fissures et elle est au pont de s’effondrer. Cette famille dort à même le sol sur des nattes déchirées et sans couverture. Sindayihebura indique qu’elle trouve à peine de quoi manger et à nourrir ses six enfants.

‘Je vois souvent des associations des humanitaires qui passent ici et je me suis fait enregistrer plusieurs fois mais personne n’est revenu pour m’apporter une aide’, déplore Jeannette Sindayihebura. ‘Je demande que je sois assistée ; la vie est difficile, mon mari m’a quitté’, insiste-t-elle complètement déboussolée.

A quelques mètres se trouve la résidence d’une vieille femme de plus de 80 ans. Elle habite dans une maison dont la toiture est trouée. Cette octogénaire fait savoir qu’elle habite dans une même maison, malgré son exiguïté, avec ses petits enfants dont sa petite fille mariée.

Ces habitants demandent qu’on leur vienne en aide avant le début de la saison pluvieuse. Ils redoutent que la situation se détériore pendant la saison des pluies.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

92 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète



a

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent



a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante



a

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale



a

Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats



a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit





Les plus populaires
Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 75 %)

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent,(popularité : 14 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 12 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 5 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 5 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 5 %)

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale,(popularité : 5 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 4 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 4 %)