Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?


« On récolte ce que l’on a semé », dit-on. Si tel est le cas que récolteront les enseignants, les responsables scolaires, les parents et surtout les élèves du Lycée Municipale de Gasenyi ? Personne ne peut palier, mais ce qui évident et que les résultants ne seront pas encourageants pour ne pas dire médiocres.



Par: Isanganiro , mercredi 4 octobre 2017  à 15 : 25 : 03
a

Ce lycée compte plus de 800 élèves, dont plus de 300 étant dans les premières années des sections de langue et science en post fondamentale . Cent soixante quinze parmi eux sont dans la section science. Ils s’asseyent à 5 ou 4 sur une vingtaine des bancs disponible dans la salle de réunion qui sert de salle de classe. Le reste de ces derniers s’asseyent le dos plié, de 9 à 10 sur des longs bancs, comme ceux de l’ église. ils essayent tant bien que mal de prendre des notes avec leurs cahiers sur les genoux mal à prendre note.

Les élèves de la classe de première dans la section des langues, eux suivent les cours dans une classe de 7X9m. Au nombre de 145, obtenir une place relève de l’exploit. Pour y arriver, il faut se réveiller au chant des coqs pour être à l’école. Ceux qui n’ont pas la chance d’arriver trop tôt suivent les cours étant débout. Comment prendre les notes ? Dieu seul sait. Les apprenants permutent de temps en temps en guise de compassion avec leurs collègues débout. Des conditions d’apprentissage hors de commun.

Les autorités scolaires, les enseignés et les enseignants crient à l’aide en bancs pupitres. Comme si ça ne suffit pas , le ministère de l’éducation continue d’y orienter des élèves pour, on ne saurait dire gonfler, mais déborder l’école qui est déjà submergé des effectifs des élèves. « Des places, il y en a toujours et pour tous les jours, en classe, dans la cour de recréation et sur le toit », ironise un enseignant qui dit ne pas comprendre comment le ministère continue à y affecter des élèves. Qui est responsable ? Dans tous les cas, s’il y a des lamentations sur la qualité de la formation, quand dira-t-on demain ?




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

171 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète



a

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent



a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante



a

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale



a

Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats



a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit





Les plus populaires
Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 75 %)

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent,(popularité : 14 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 12 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 5 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 5 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 5 %)

Burundi : Les « mères » et « pères » célibataires chassés de la fondamentale,(popularité : 5 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 4 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 4 %)