Exploitation du nickel de Musongati : toujours à la case départ


Les travaux d’exploitation du nickel exécutés par la société BMM dans la commune Musongati en province Rutana sont au ralenti. Mais, la convention entre le Burundi et l’exploitant prévoit que la société KERMAS construise trois barrages hydro électriques en 36 mois.



Par: Isanganiro , mercredi 22 novembre 2017  à 17 : 21 : 16
a

Le site de Musongati est actuellement gardé par des militaires détaché. Des tentes y sont érigées. La vitesse lente d’exploitation du Nickel de Musongati en province Rutana au sud-est du Burundi suscite des réactions. Un journal local qui a dépêché ses reporters sur terrain rapporte que les travaux lancés en grande pompes en 2014 par le deuxième vice-président de la République, sont aujourd’hui au point mort. Contacté par ce journal à cet effet, le porte-parole du ministère de l’énergie et mines a fait savoir que l’exploitation de ce nickel sera effective avec la fin des travaux sur le barrage hydroélectrique de Murembwe.

Malgré le pas de tortue de ces activités d’exploitation du Nickel à Musongati, la convention a été signée le 22 mai 2017. Le gouvernement burundais représenté par les ministres de l’énergie et mines et celui des finances, et la société Burundi Burundi Mining Metallury International (BMM) représenté par Dr Danco KONCAR en qualité de CEO du BMM et de Kermas Limited ,dénommée « Titulaire du permis ». Cette convention comporte des obligations des deux parties.

L’article 16 du chapitre 4 , la société Kermas s’est engagé à mobiliser, dans une période de 36 mois, dès l’établissement de la Société Mixte d’Exploitation Minière (SMEM). Les fonds nécessaires pour la construction des trois centrales hydroélectriques déjà avait été identifiés dans le cadre de la Société Mixte Burundi Electricity Company ( BECO) , comme projets de Partenariats Public-Privé (PPP).

Selon même chapitre en son article 17 chapitre , la SMEM s’est engagé également à débuter les travaux de développement et de construction de la mine dans un délai d’un an à compter de la date d’octroi du Permis d’ Exploitation. La période de développement et de construction de la Mine n’excède pas trois ans.

Cette problématique est également évoquée lors de la conférence de presse de ce lundi avec le ministre de l’énergie et mines. Come Manirakiza a souligné que les cours mondiaux du nickel ont chuté. Il réaffirme que les travaux d’exploitation de ce minerais vont suivre le cours normal.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

77 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe





Les plus populaires
Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours,(popularité : 34 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 8 %)

Burundi-Finances : un budget de 1388 milliards pour l’année 2018,(popularité : 6 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 6 %)

‘’Les partenaires prêts à accompagner la CEPGL même sans sommet’’, dixit Herman Tuyaga,(popularité : 5 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 4 %)

Bujumbura frappé par la pénurie du ciment,(popularité : 4 %)

Spéculation sur le ciment fabriqué au Burundi ,(popularité : 3 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 3 %)

Pourquoi la dévaluation de la monnaie ?,(popularité : 3 %)