Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi


2486 au total, tel est l’effectif des besoins en enseignant et personnel administratif exprimé par six directions provinciales d’enseignement à savoir Muyinga, Bururi, Ruyigi, Kayanza, Rumonge et Rutana.



Par: Isanganiro , vendredi 24 novembre 2017  à 05 : 46 : 24
a

La province de Rumonge vient en tête avec 649 besoins en personnel dont 306 enseignants. Dans cette province, la direction communale d’enseignement en commune Buyengero exprime à elle seule, le besoin de 131 nouvelles unités.

Le rapport de la rentrée scolaire 2017-2018 en province scolaire de kayanza montre que cette province a besoin de 371 nouveaux recrus dont 221 enseignants. En province de Rutana, le rapport montre un besoin de 314 nouveaux recrutements dont 207 enseignants. Dans la rubrique commentaire, la direction provinciale indique que malgré le redéploiement, la Dpe accuse un manque criant d’enseignant. « Nous invitons les décideurs de nous doter des enseignants suffisants », peut- on lire dans ce rapport de la rentrée. Dans un rapport pareil, la province de Muyinga demande 242 nouvelles unités à recruter côté enseignant, de même pour le personnel administratif.

La province de Bururi demande à son tour 264 enseignants sur un total de 459 personnels à recruter. Le directeur provincial de l’enseignement mentionne en commentaire que le recrutement s’avère indispensable. En province de Ruyigi, le besoin est de 165 enseignants sur 221 nouvelles unités nécessaires pour le recrutement.

Quant à la province de Cibitoke, le rapport ne dit rien sur les effectifs des besoins en personnel. Dans son commentaire, le directeur provincial dit qu’il existe des écoles qui ne disposent d’aucune unité où manque des enseignants suite à la création des nouvelles sections du post-fondamentale.

Selon ce rapport, certaines directions font recours aux bénévolats, aux volontaires et aux vacataires. Tous ces rapports de la rentrée scolaires convergent sur un point. "Zéro recrutement" au moment où l’article 24 du budget général de l’état exercice 2017 indique, « tous les recrutements sont gérés sauf le secteur de la défense, de la sécurité, de l’éducation, de la santé et de l’enseignement des métiers, dans les limites du budget disponible ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

105 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables



a

Muyinga : Des propriétaires des termitières grignotent sur les moustiquaires



a

Rumonge : Célébration de la journée internationale de l’enseignant



a

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance



a

IGIRUBUNTU Thierry de retour chez lui



a

Deux syndicats du personnel soignant menacent d’entamer un mouvement de grève dans 14jours



a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 11 %)

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables,(popularité : 5 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 4 %)

Le fonds mondial exige à SEP-CNLS le recouvrement de 283063 Dollars US,(popularité : 3 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

La remise en cause de la partialité de la CNTB,(popularité : 2 %)

Presser pour que le projet, IPR voit le jour : un devoir pour la société civile ,(popularité : 2 %)

Les négociations à Bururi, la grève à travers le pays,(popularité : 2 %)