Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables


Depuis l’année 2010, et à chaque début d’année scolaire, des enseignants changent de lieu de travail à travers l’exécution d’une opération dite de redéploiement pour que les écoles accusant un déficit en personnel enseignant puissent en avoir.



Par: Isanganiro , vendredi 24 novembre 2017  à 13 : 55 : 44
a

Cette opération du ministère de l’éducation est en soi salutaire. Cependant, les lamentations ne manquent pas. Ici, ce sont des enseignants qui se plaignent d’avoir été muté loin de leurs familles, là bas, d’autres aussitôt redéployés affirment avoir été remplacés par des nouveaux. Ailleurs, ils affirment n’avoir pas pu trouver de logement ; d’autres encore disent payer doublement le loyer.

Ces inquiétudes sont de natures diverses, mais les difficultés ne sont pas ressenties de la même manière. Ceux qui se plaignent le plus sont ceux qui partent d’une province à une autre, ou d’une commune à une autre parce qu’ils doivent payer cher le transport pour se rendre à leurs postes d’attache, ruinant ainsi leurs maigres économies. Du coup, une des conséquences constatées, c’est une démotivation de certains enseignants, un manque d’engouement qui se répercute sur la qualité de leurs prestations et celle des compétences que doivent acquérir les apprenants. Les parents et les élèves déplorent de voir un trimestre, deux, même toute une année scolaire se terminer sans que certaines matières ne soient vues, à cause du manque d’enseignants.

Néanmoins, il faut reconnaitre le bien fondé de ce processus : la carence en enseignants dans certaines écoles du pays se résout progressivement, les nouveaux enseignants se familiarisant petit à petit aux nouvelles conditions de travail.

Le constat est que malgré la politique de redéploiement, toutes les écoles ne sont pas aujourd’hui nanties en personnel enseignant. Ici on se pose la question de savoir quand la solution à ce problème puisque, l’année scolaire continue son cours. Ne faudrait-il pas penser à exploiter les compétences des enseignants diplômés en quête d’emploi sans doute disponibles sur le marché et ainsi diminuer le malaise des certains personnels redéployés. En tout état de cause, un constat est à dégager au regard de cette situation : l’opération de redéploiement a besoin d’être accompagnée par d’autres mesures, pour la qualité de l’enseignement tant recherchée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

136 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les sachets « nous tuent à petit feu »



a

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie



a

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard



a

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »



a

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi



a

8ème heure à l’école , une heure de trop



a

Rumonge : Un conflit foncier entre l’église anglicane et un particulier



a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs





Les plus populaires
Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 6 %)

Les sachets « nous tuent à petit feu »,(popularité : 4 %)

Risque de fermeture de la formation du soir au Burundi,(popularité : 4 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 4 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 3 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 3 %)

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard,(popularité : 3 %)

A quand Kayanza atteindra 50% du taux d’adhésion aux méthodes contraceptives ,(popularité : 3 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 3 %)

Burundi : "Jeunesse, Ainsi la Vie est Belle mais pas Toujours Rose", estime un Jeune A .Machado,(popularité : 3 %)