Rumonge : La croix rouge veut la protection de son emblème


Certaines personnes utilisent l’emblème de la croix rouge du Burundi dans la criminalité. Les responsables de cette famille l’ont déclaré à Rumonge le soir de ce lundi 4 décembre 2017 lors d’un café d’échanges sur la protection de l’emblème de cette famille.



Par: Isanganiro , mardi 5 décembre 2017  à 16 : 40 : 17
a

Selon Languide Nizigama, Secrétaire Provinciale de la Croix Rouge de Rumonge, un inconnu avec un chapeau portant un insigne de la croix rouge a dernièrement escroqué la population de la zone Buruhukiro en commune et province Rumonge avant d’être appréhendé à Minago dans la même escroquerie et traduit en justice. Celle-ci consistait à collecter de l’argent à ses propres fins, se prenant pour un employé de cette famille mandaté pour le recensement des vulnérables pour lesquels la Croix Rouge construirait des maisons.

Certes la Croix Rouge du Burundi a dans ses missions, de voler au secours des sinistrés et autres vulnérables en employant de bénévoles et des personnels qu’elle paie. Mais il peut arriver que des gens mal intentionnés ou tout simplement voulant salir la Croix Rouge utilisent son emblème pour commettre un crime : Diomède Habarugira, assistant au département Développement Organisationnel des branches à la Croix Rouge du Burundi qui avait fait le déplacement jusqu’à Rumonge a appelé au participants dans ce café d’échanges d’arrêter toujours des cas suspects et alerter la Croix Rouge pour vérification. En effet Selon lui, des gens qui s’étaient fabriqués des emblèmes de cette famille transportaient des pneus à bruler lors des manifestations de 2015 dans la ville de Bujumbura.

Les chefs de services opérant dans la ville de Rumonge avaient été conviés dans un café d’échange pour la protection de l’emblème de la Croix Rouge, après les avoir informés que seuls les militaires soignant en période de guerre, les membres de la Croix Rouge, de la Fédération de la Croix Rouge et les employés du CICR, les Hôpitaux du Gouvernement et les organisations humanitaires sur autorisation du gouvernement peuvent porter l’insigne d’une croix rouge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

120 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 51 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 10 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 6 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 4 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 4 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Le Burundi déclare une épidémie de Paludisme,(popularité : 2 %)

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie,(popularité : 2 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 2 %)