Revue de presse du 30 Décembre 2017




Par: Isanganiro , dimanche 31 décembre 2017  à 10 : 44 : 55
a

Les indépendants hors course ; s’interroge le journal Iwacu
Le projet de révision de la constitution soumis au référendum de mai 2018 redéfinit un indépendant lors d’un processus électoral. La coalition Amizero y’ abarundi dénonce une stratégie une stratégie visant leur exclusion. Le journal Iwacu ; cite l’ article 99 en son paragraphe premier stipule qu’est considéré comme indépendant, le candidat qui ne se réclame d’aucun parti politique depuis au moins une année et affirme son indépendance par rapport aux clivages politiques habituels en proposant un projet de société personne , fin de citation .

En réactions ; Tatien sibomana de la coalition Amizero yabarundi estime que cette révision constitutionnelle vient permettre au seul parti au pouvoir de participer dans une compétitions sans compétiteurs ; et pour Agathon Rwasa , président de cette coalition ; c’ est un projet de révision qui constitue un recul de la démocratie ; accentue l’ exclusion de toute idée divergente ; et Térence Ntahiraja assistant du ministre de l’ intérieur parle d’ une pensée erronée , c’ est dans le but de mettre fin au flou juridique qui entoure le statut des indépendants , renchérit Monsieur Ntahiraja .

Pourquoi continue-t-on à servir de l’alcool aux mineurs dans les bistrots ? S’interroge Yaga Burundi

Au Burundi, 50% des mineurs scolarisés consomment de l’alcool. Des chiffres en hausse constante malgré une réglementation sur la consommation de l’alcool qui interdit aux ados de moins de 18 ans de consommer des boissons alcoolisées. Le blogueur de Yaga se demande où ça cloche.

L’alcool n’est pas en général bon pour la santé, même quand on en prend avec modération, car selon l’Organisation mondiale de la santé, il n’existe aucun seuil de consommation dont on pourrait dire exempt de conséquences néfastes pour l’être humain. Et les organes les plus victimes sont le foie, les reins et le cerveau. Imaginez-vous alors ce que serait comme rendement scolaire d’un mineur qui fréquente les bars tous les week-ends ? En général médiocre.
Certains fabricants de bière ou de liqueurs mettent sur leurs produits une petite note de prohibition chez les moins de dix-huit ans.

Une filière coton à l’agonie ; titre le journal Burundi Eco

La production cotonnière au Burundi est totalement marginale. Le nombre de producteurs, les superficies cultivées et le rendement du coton ont chuté depuis 1993. Cela s’explique essentiellement par le niveau du prix au producteur jugé peu rémunérateur par les cotoculteurs. La crise de 1993, poursuit notre confrère, la concurrence des cultures vivrières sur le coton, la pression démographique et autre, constituent aussi un handicap majeur pour le développement de cette culture. Selon Pierre-Claver Nahimana, directeur général de la COGERCO : « Les superficies disponibles pour la culture du coton sont passées de 11500 hectares en 1961 à 2500 actuellement »

Pallier aux défis, M.Nahimna fait savoir qu’actuellement le Burundi bénéficie de l’appui de la Coopération brésilienne à travers le projet Cotton Victoria. Ce dernier réunit le Burundi, la Tanzanie et le Kenya. Nahimana informe que la Coopération brésilienne s’est donnée comme objectif de développer la culture du coton dans ces trois pays. Sur le plan industriel, révèle M. Nahimana, des mesures sont envisagées en vue d’une meilleure protection de la récolte et certaines d’entre elles sont en cours d’application. Sur le plan commercial, des améliorations sont envisagées en vue d’optimiser les recettes, indique M. Nahimana. Il s’agit de l’amélioration du système de classement de la fibre ; renchérit –il.

Le président burundais Pierre Nkurunziza appelle les instances judiciaires a combattre sérieusement le vol ; titre l’agence burundaise de presse ABP

Cet appel a été lance la semaine dernière au cours d’une réunion ordinaire du conseil supérieure de la magistrature qu’il a présidé au palais présidentiel de Gitega d’ après un communiqué de cette instance rendu public. Le chef de l’Etat a exprimé son engagement a soutenir les magistrats dans leur taches , précisant que ceux qui vont le mériter vont être primés lors des fêtes nationales. Selon toujours le communiqué, il s’est réjoui des résultats enregistrés en 2017 par le ministère de la justice ; a qui il a demandé de planifier les activités de l’ année 2018 en tenant compte des recommandations formulées par les états généraux de la justice . Il a ainsi interpellé les présidents des juridictions et les procureurs a bien superviser les missions assignées a ces institutions judiciaires , avec un accent sur les stages de perfectionnement du personnel de la justice.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

105 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message