Burundi : Commerce ou école ; dilemme pour les enfants mineurs de la province de Gitega.


Les mineurs sont utilisés dans le commerce ambulant au chef-lieu de la province de Gitega. Certains d’entre eux indiquent être rémunérés en nourriturequ’en argent. Les défenseurs des droits des enfants tels que la SOJPAE dénoncent cette exploitation.



Par: Isanganiro , mercredi 3 janvier 2018  à 08 : 23 : 41
a

Dans les rues de la province du centre du pays, il se remarque des enfants avec des plats remplis d’arachides et des seaux en plastique contenant des beignets. La plus part de ces enfants ont un âge compris entre 10 et 15 ans voire même moins.

Près d’un parking de bus de transport, avec ses 10 ans, Jean Marie est muni d’un thermos et vend des beignets. Il essaie d’attirer l’attention des passants pour acheter son thé encore chaud. « Je travaille pour le compte de monfrère, il m’a dit que je pourrais retourner à l’école en considérant ce que j’aurais gagné pour lui » indique ce jeune garçon. Jean Marie explique avoir accepté ce travail parce que son grand frère lui avait promis de le prendre en charge quand il avait quitté ses parents.

Toutprès de lui, se trouve Alexis, du haut de ses 15 ans. Il a un plat rempli d’arachides, « Pour le travail que je fais, mon patron me paie 10 000Fbu à chaque fin du mois .Je dois travailler avec ce revenu parce que je n’ai pas d’autre choix » déplore –t-il.

Pour certains parents de la province de Gitega, « Ces mineurs vendeurs ambulants finissent par avoir un mauvais comportement » informe une femme d’une trentaine d’années rencontrée sur les lieux. « La plus part des fois, ces mineurs finissent par devenir des enfants de la rue car leurs patrons ne leur donnent pas de conseils comme des parents » surenchérit- elle. Un jeune homme d’une vingtaine d’années lui regrette que « De part ce commerce, ces enfants finissent par s’attacher à l’argent car ils craignent de retourner chez eux car leurs familles connaissent une pauvreté ».

"Une exploitation des mineurs", note une organisation oeuvrant dans le domaine de l’enfance

Du côté des défenseurs des droits de l’enfance, le coordinateur provincial de la SOJPAE, Solidarité de la Jeunesse pour la Paix et l’Enfance indique, « C’est déplorable de voir des mineurs dans le commerce alors que la place des enfants est au band de l’école », « Les adultes ne pensent pas à leur avenir, seul compte leurs intérêts ».

« Une sensibilisation pour retirer ces enfants du commerce ambulant est en train d’être fait par l’administration », dévoile le conseiller social de l’administrateur de Gitega. Ernest Ntawukirishika menace de sanctionner les adultes qui exploitent ces mineurs.

La plus part de ces enfants proviennent de la province de Karusi, Muramvya et certaines localités de la province de Gitega.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

131 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points





Les plus populaires
Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 3 %)

La CNIDH sensibilise les autorités locales sur les principe de protection des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)

Probablement veuve et orphelin à cause de Rwembe ,(popularité : 2 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Tanzanie : Sinduhije détenu atrocement, déplore Me Maingain,(popularité : 2 %)

Les déplacés de guerre ne sont pas disposés au retour sur leurs collines d’origines,(popularité : 2 %)